Doro, le constructeur suédois spécialisé dans les téléphones pour séniors, a dévoilé ses chiffres de ventes. Au total, la société a vendu 5 millions d’unités dans le monde. 

0000014006836736-photo-doro-liberto-810 (1)

Les téléphones Doro ont été choisis par 5 millions de consommateurs dans le monde. C’est ce qu’attestent les chiffres de ventes annoncés par la société suédoise spécialisée dans le mobile pour séniors. La société qui produisait jusque-là des « feature phones » s’est lancée en 2012 sur le segment du smartphones en proposant une expérience adaptée aux personnes les plus éloignées du monde de la mobilité, et donc principalement aux personnes âgées. Les smartphones Doro fonctionnent ainsi sous un système d’exploitation Android modifié et proposent une interface simple et épurée très loin finalement des expériences qu’offre l’OS initial. Et c’est d’ailleurs sur cet atout que tout le marketing des produits Doro repose, le plaçant bien loin des préoccupations techniques de ses concurrents, toujours à l’affût des processeurs les plus puissants ou du hardware le plus sophistiqué. L’année dernière, la société suédoise avait profité du Mobile World Congress pour présenter le PhoneEasy 740, avant d’officialiser le Doro Liberto 810 il y a moins d’un mois.

Doro n’est pas le seul à proposer des téléphones sur le segment des séniors. En effet, Fujitsu avait aussi tenté de pénétrer le marché de niche avec son Stylistic S01 commercialisé par Orange depuis juin dernier. Néanmoins l’offre véritablement adaptée à ce public sur le marché des smartphones n’est pas encore très développée. Cela explique ainsi en partie le succès rencontré par Doro à travers le monde. Si les 5 millions d’unités n’arrivent pas à la cheville des ventes enregistrées par les grands noms de la téléphonie mobile, il s’agit d’un résultat encourageant pour l’entreprise suédoise ciblant un marché encore peu développée.

D’après une étude Ipsos pour Doro, 16 % des Français âgés de plus de 65 ans sont propriétaires d’un smartphone contre 22 % en Suède. En revanche, nos seniors sont plus connectés que les Allemands ou les Britanniques dont une proportion respective de 9 % et 12 % des plus des plus de 65 ans ont franchi le pas.