Kazam avait tenté une percée en France en tout début d’année avec des produits d’entrée de gamme plus ou moins convaincants, dont un premier modèle 4G à moins de 200 euros. La marque récidive aujourd’hui avec un salve de quatre smartphones, dont le plus onéreux ne dépasse pas les 229 euros.

Kazam Trooper

Le Kazam Trooper2 5.0

Nous avions rencontré l’équipe de Kazam lors du MedPi, en mai dernier. Le leitmotiv était alors clair : il s’agissait de proposer des produits dont les caractéristiques n’offriraient que peu de gros changements face aux smartphones de la marque datant du début d’année, mais avec une baisse de prix notable. C’est aujourd’hui chose faite avec quatre appareils estampillés Trooper, Thunder et Tornado, tous en version 2 (exposant 2, pour être précis).

Commençons pas les Trooper, qui comptent désormais deux modèles. Ces appareils restent les moins chers de Kazam, avec un prix de départ fixé à 119 euros pour le Trooper2 5.0, au format 5 pouces. Malheureusement, sa définition se maintient à 480 x 854 pixels, un bien maigre tarif pour un terminal encore équipé d’Android 4.2.2. Il embarque en outre un processeur MediaTek double-cœur à 1,3 GHz couplé à 512 Mo de RAM, 4 Go de stockage et un port pour carte micro-SD. Ce modèle est doté d’un capteur photo de 5 mégapixels au dos, d’une batterie de 2000 mAh et présente une coque au look « cuir » qui rappellera aux connaisseurs celui du Galaxy Note 3 de Samsung.

Même combat ou presque pour le Trooper2 6.0, qui propose la même définition d’écran, le même processeur (ici à 1,2 GHz) et la même mémoire ROM ou RAM, toujours sous Jelly Bean 4.2.2. Seule différence avec le Trooper de 5 pouces, sa batterie de 2500 mAh et sa housse à rabat (avec fenêtre) fournie en pack. Il vous en coûtera ici 149 euros.

Pour passer à une définition d’écran un peu plus intéressante, il faudra passer au Thunder2 5.0, là encore au format 5 pouces, qui propose non plus une dalle TFT mais un écran IPS de définition HD 720p. C’est nettement mieux, d’autant plus que son processeur MediaTek à 1,3 GHz, ici en version quadricœur, est couplé à 1 Go de RAM. La mémoire interne de l’appareil gagne un peu de galon au passage, avec 8 Go au compteur, et l’appareil photo arrière de 13 mégapixels est secondé par un capteur de 5 millions de points en façade. Toujours pas de 4G ici, et un prix de 199 euros.

Kazam Trooper

Le Kazam Trooper2 5.0.

La 4G fait elle aussi défaut au Tornado2 5.0, le plus onéreux de la série. Facturé 229 euros, l’appareil dispose comme le Thunder d’un écran HD 720p de 5 pouces en technologie IPS. Il embarque un processeur octo-cœur MediaTek à 1,7 GHz, d’où le surcoût, avec 1 Go de RAM, 8 Go de stockage et un capteur photo de 8 mégapixels. On peut craindre pour son autonomie dans la mesure où il se contente d’une batterie de 1800 mAh.

Kazam Tornado

Le Kazam Tornado2 5.0.

L’ensemble de l’offre Kazam a évidemment le mérite d’être abordable d’un point de vue tarifaire, mais on émettra de grosses réserves sur les choix faits du côté des écrans, notamment chez les Trooper, qui se contentent de dalles d’une nature et d’une définition très modestes, sans compter leur faible quantité de RAM. Les Tornado et Thunder font mieux, mais à 150 euros et 230 euros sans 4G, sont-ils à même de se frayer un chemin dans le marché très encombré des androphones d’entrée de gamme ? La question se pose d’autant plus que l’ensemble tourne sous une version désormais ancienne d’Android, la 4.2.2 (Jelly Bean) qui ne donnera plus lieu aux certifications Google après ce mois de juillet. Cela tombe bien, la sortie de la gamme « 2 » de Kazam est prévue pour la fin juillet.