À la veille de son officialisation européenne, le YotaPhone 2 se montre aujourd’hui sur un site web dédié à la marque. Une fiche technique complète permet de confirmer (et préciser) les informations fournies par l’entreprise russe lors du Mobile World Congress de février dernier.

YotaPhone 2

On l’attend de pied ferme demain, à Londres, pour une présentation européenne avant une commercialisation dans nos contrées. Le YotaPhone 2, issu de la firme russe Yota Devices initialement connue pour ses routeurs, montrera sa spécificité première : son écran dorsal e-Ink.

Depuis le mois de février dernier, les caractéristiques prévues par Yota n’ont pas ou peu varié. Un peu plus lourd que prévu – il pèse 145 grammes – le YotaPhone 2 mesure 144,9 × 69,9 × 8,98 mm. Il est animé par un processeur Qualcomm Snapdragon 800 quadricœur cadencé à 2,2 GHz et couplé à 2 Go de RAM, abrite 32 Go de stockage sans port micro-SD et dispose d’une compatibilité avec les trois bandes de fréquences 4G françaises. Côté connectivités, on retrouve du WiFi 802.11 a/b/g/n/ac, du Bluetooth 4.0, du NFC et un port nano-SIM. N’oublions pas la partie photographie du smartphone, assurée par un capteur photo de 8 mégapixels au dos et de 2,1 mégapixels en façade.

YotaPhone 2

Deux écrans tactiles

Si le YotaPhone 2 se contente finalement de caractéristiques d’un début 2014 de bonne facture, il se démarque par un point fort : son double écran. En façade, il arbore une dalle AMOLED de 5 pouces full HD 1080p (442 ppp) recouverte d’un verre Gorilla Glass 3, soit un écran tel qu’on en retrouve dans les smartphones d’aujourd’hui. Mais au dos, au lieu d’une coque en plastique, le smartphone dévoile un écran en papier électronique de 4,7 pouces. Contrairement au premier YotaPhone, qui ne permettait de naviguer dans son interface que via des boutons physiques, l’écran e-Ink de l’appareil est désormais tactile, lui aussi équipé en Gorilla Glass 3 et doté d’une définition de 960 x 540 pixels (235 ppi). Il n’est pas en couleurs mais en niveaux de gris et reste allumé en permanence, affichant des informations basiques telles que l’heure, la météo ou des flux de tweets. Reste encore en suspens la liste exhaustive des applications compatibles avec cet écran novateur (on ne sait pas, par exemple, si les notifications apparaîtront dans le dos du téléphone).

L’écran en papier électronique du YotaPhone 2 est conçu pour éviter l’allumage fréquent de son écran principal pour la simple consultation de l’heure ou d’informations simples. En ce sens, il est supposé permettre à l’utilisateur d’économiser sa batterie qui, ici, n’excède pas les 2500 mAh (avec charge par induction). C’est malheureusement bien maigre pour qui allume fréquemment l’écran standard de son téléphone et s’il est un point à tester plus avant, il concernera définitivement l’autonomie du YotaPhone 2.

La présentation de l’appareil est prévue demain soir. Nous serons présents sur place pour vous livrer nos impressions et, on l’espère, une information cruciale, le positionnement tarifaire de ce smartphone aux caractéristiques en retrait du haut de gamme actuel mais porté par une spécificité que nul autre n’a encore exploitée dans le domaine des téléphones.