Au beau milieu des stands des marques spécialisées dans le mobile trône, dans les travées de ce CES 2015, le stand de Kodak. La marque photo, qui a désormais abandonné toute ambition de fabriquer des appareils photo, y montre son tout premier smarpthone, l’IM5. Nous avons pu le découvrir.

Kodak IM5

Autant se le dire, le positionnement du Kodak IM5 est des plus discutables. Le premier smartphone de la marque, qui doit à travers lui prouver sa légitimité dans ce domaine, souffre en effet d’un tarif élevé, 299 euros en Europe et 249 dollars aux États-Unis, malgré des caractéristiques pour certaines un peu justes et une absence flagrante de 4G. L’appareil se contente du support du réseau H+ à 21 Mbps, avec son SoC octo-core MediaTek 6592 à 1,7 GHz couplé à 1 Go de RAM. Nous avons pris en main l’appareil et, à la navigation, nous avons constaté que l’IM5 manque de réactivité ; un travers difficile à accepter pour un smartphone facturé à ce prix.

Kodak IM5

Le smartphone sortira sous Android 4.4.2 KitKat.

Malgré ces faiblesses, le Kodak IM5 dispose d’un design assez sympathique. Il tient bien en main avec ses dimensions de 140 x 70 x 7,8 mm, et surprend par son poids plume : il ne pèse que 120 grammes, une belle performances pour un appareil de 5 pouces. Cela tient à l’usage massif de plastique, d’un noir mat accrochant un peu les traces de doigts à l’arrière, ou chromé sur les tranches. Sa batterie de 2150 mAh paraît suffisante pour son écran 720p, lui-même un peu sombre à première vue. Quoi qu’il en soit, son design très plat est plutôt agréable, et c’est en soi une bonne surprise. L’appareil photo dorsal du terminal (13 mégapixels), est couplé à une application simplifiée, de même qu’un capteur frontal de 5 mégapixels. Nous avons tenté de réaliser quelques clichés qui, sur l’écran du téléphone du moins, nous ont paru tout à fait corrects.

kodak9 kodak6 kodak5 Kodak IM5

On ne peut pas en dire autant de la couche logicielle de cet IM5. Le smartphone Kodak, malgré son positionnement milieu de gamme, propose une interface simplifiée, à la manière des terminaux pour séniors, avec de grosses icônes colorées. Des débutants en téléphonie voudront-ils dépenser 300 euros dans un appareil leur permettant simplement de faciliter l’édition et l’impression de photographies ? Pas si sûr, d’autant plus que la version que nous avons eue en main souffrait visiblement de petits défauts de traduction et d’affichage. Voyez la photographie ci-dessous : le texte ne rentre pas dans l’espace qui lui est réservé. Des faiblesses qui, on l’espère, seront résolues d’ici la sortie du smartphone, prévue pour la fin du premier trimestre 2015.

Kodak IM5
kodak2 Kodak IM5