Connu en Chine pour ses tablettes, le constructeur Ramos se lance désormais sur le marché des smartphones avec le Mos1. Particulièrement travaillé, celui-ci marque par ses tranches, ni vraiment plates, ni vraiment incurvées.

Ramos-Mos1-presentation-slides

Le fabricant chinois Ramos vient d’annoncer sur son territoire le Mos1, un smartphone qui, malgré son petit prix, se veut innovant, au moins par son design. En se basant sur plus de 600 tests individuels, Ramos a mis au point des rebords de 6,6 mm d’épaisseur et d’un angle de 158 degrés, ni entièrement plats ni complètement arrondis. La conception de cette coque si particulière est quant à elle assurée par des machines-outils à commande numérique dotées d’une marge d’erreur de 0,01 millimètre et utilisant un alliage d’aluminium composé à 0,4 ou 0,5 % de silicium et 0,7 à 0,9 % de magnésium. Très perfectionniste, la firme a également sondé les utilisateurs au sujet des boutons, et en a déduit que la taille idéale de ceux-ci (par rapport à la coque) est de 0,3 mm, une dimension adoptée pour le Mos1.

Concernant sa fiche technique, le Ramos Mos1 est équipé d’un écran Full HD de 5,5 pouces en 2,5D protégé par un revêtement Gorilla Glass, d’un processeur Snapdragon 615 (octa-core 64 bits), de 2 Go de mémoire vive, de 32 Go de stockage interne, d’un appareil photo de 13 Mégapixels, d’une caméra en façade de 5 Mégapixels et d’une batterie de 3050 mAh. Le tout tournera sous Android Lollipop, agrémenté d’une surcouche logicielle maison baptisée MOUI 1.0. Une variante Mos1 Max est également prévue avec un écran de 6 pouces et une batterie de 6000 mAh, mais aucun autre détail à son sujet n’a été communiqué pour le moment.

Ramos-Mos1 (1) Ramos-Mos1 (2) Ramos-Mos1

Le Ramos Mos1 sera disponible sur le site de vente en ligne chinois JingDong Mall le 10 août prochain au prix de 1999 yuans, soit l’équivalent de 291 euros selon les taux de conversion actuels. Une période de précommande débutera quant à elle à partir du 31 juillet. Le constructeur n’étant pas encore prêt à se lancer à l’international, ce qui peut se comprendre au vu de ses designs parfois à la limite de la légalité, une sortie en France n’est pas d’actualité et les intéressés devront obligatoirement passer par l’import.