C’est la semaine dernière qu’Umi, cette marque chinoise cherchant à se faire connaître sur le Vieux Continent, officialisait son dernier-né. Et présentait cet Iron Pro comme « le smartphone le plus sécurisé au monde ».

Umi Iron Pro

Bien qu’Umi évoque clairement la notion de sécurité chez son smartphone, il n’est pas question, comme chez Silent Circle ou même chez BlackBerry, de logiciels spécifiquement dédiés à la protection des données personnelles. Son Iron Pro, à en croire sa fiche technique, se contente d’une version d’Android à peine modifiée, et puise sa sécurisation de son lecteur d’empreintes digitales et de son scanner d’iris. Des fonctionnalités que l’on trouve de plus en plus souvent chez des smartphones de plus en plus accessibles, et qui nous laissent perplexes devant la communication de la marque.

UMI Iron Pro

Le reste de la fiche technique de cet Umi Iron Pro n’en est pas moins intéressant. L’appareil est en effet doté d’un écran Full HD de 5,5 pouces sous lequel on retrouve un SoC MediaTek MT6753 (octo-cœur) cadencé à 1,3 GHz, ainsi que 3 Go de RAM. Sa mémoire interne de 16 Go est extensible par le biais d’une carte microSD qui, comme souvent, pourra être remplacée au besoin par une deuxième carte SIM. L’Iron Pro mise en outre sur son design métallique et sur son capteur photo, un IMX214 de Sony présenté comme le meilleur du moment. Derniers points à noter : le téléphone compte une LED de notifications personnalisable ainsi qu’un système de préinstallation de ROM qui lui sont adaptées. Pour le reste, l’Iron Pro est équipé d’Android 5.1 Lollipop. Le tout est animé par une batterie de 3100 mAh et mesure 152,3 × 76,5 × 7,9 mm pour 148 grammes.

Umi Iron Pro

C’est surtout par son prix avantageux, d’autant qu’il est équipé d’un port USB type-C réservé à des terminaux plus perfectionnés, que l’Iron Pro d’Umi se distingue. Il est en effet commercialisé au tarif de 179 dollars sur son site. Mais attention toutefois à l’import, tentant à ce prix : le smartphone est bel et bien compatible avec la 4G internationale, mais ne supporte qu’une seule bande de fréquences hexagonales, sur les trois existantes : les 1800 MHz. Pas de quoi espérer obtenir des débits rapides en toutes circonstances, donc.