Dommage pour lui, et pourtant. Malgré les efforts de communication déployés par Pepsi en Chine, son premier smartphone, le P1, ne semble pas convaincre les internautes du pays. À quelques jours de son terme, sa campagne de financement participatif est loin d’avoir atteint son but.

pepsiphone-5

L’épopée du P1 n’est pas tout à fait terminée. Le smartphone aux couleurs du géant du soda, initialement dévoilé par le biais d’indices sur les réseaux sociaux chinois, fait l’objet, depuis une quinzaine de jours, d’une campagne de financement participatif sur l’équivalent chinois de Kickstarter. Il y réclamait l’équivalent de 450 000 euros, soit 3 millions de yuans, à récolter avant le 3 décembre prochain.

On est pour l’heure loin du compte. Car sur la somme fixée par Pepsi, moins de la moitié a été récoltée par la marque – 1,34 million de yuans hier soir – à deux jours de la clôture de cette campagne de financement. Les 1000 smartphones facturés en précommande 499 yuans (75 euros) et 699 yuans (environ 105 euros), ont trouvé preneurs, tandis que les autres tarifs, fixés à 999 et 1299 yuans peinent encore à atteindre, pour le premier, son palier de 1000 ventes. Seules deux personnes ont choisi le tarif de 1299 yuans. De bien mauvais augure pour un smartphone qui, plus qu’un coup commercial, ambitionne d’inaugurer une gamme complète de smartphone aux couleurs de Pepsi, du moins en Chine.

Rappelons que le Pepsi P1 censé sortir en janvier prochain prévoyait une fiche technique plus qu’honorable pour son faible prix. Dans un corps métallique abritant un lecteur d’empreintes digitales, Pepsi comptait intégrer un écran de 5,5 pouces Full HD, un SoC MediaTek MT6592, 2 Go de RAM, 16 Go de stockage et une batterie de 3000 mAh. Un cousin low-cost du Honor 7, en somme, que l’on imagine désormais difficilement trouver la voie commerciale, à moins que Pepsi ne choisisse de parier sur l’avenir en proposant son smartphone directement aux revendeurs, sans passer par la case crowdfunding.