Intrigués par le Surnaturel R500, mais plus généralement par la stratégie de Danew qui se lie à des artistes et célébrités pour concevoir ses produits, nous avons posé quelques questions à Renaud Amiel, le Président de Danew. Interview.

DSC_9546

 

Pouvez-vous me raconter la genèse de ce smartphone R500 ?

Alors pour cela, il faut remonter à fin 2014. À ce moment-là, et malgré de bons résultats, on a fait le constat que personne ne savait qui on était, ni même qu’on était une marque française. Une réflexion s’est donc lancée chez Danew et on a décidé de prendre un positionnement encore non exploité par les marques de téléphonie mobile : la collaboration avec les artistes. Notre premier projet, c’est une collaboration avec un célèbre artiste français (art contemporain/street art) mais ce n’est pas encore prêt.

Du coup, c’est vous qui avez fait la démarche envers Rohff ?

C’était bilatéral. On avait entendu parler du fait que Rohff s’intéressait à la technologie par un de nos associés qui le connaissait, et en fait il s’est posé la question du développement d’un produit technologique au moment même où nous avions notre réflexion sur la nouvelle stratégie. On a donc été mis en contact, et le projet s’est rapidement lancé en février 2015.

C’était la même chose avec Blaise Matuidi ?

Blaise y réfléchissait, mais c’était une démarche moins pressée que pour Rohff. Là aussi, nous avons été mis en contact par le biais d’une connaissance commune et avons commencé à travailler ensemble.

« Ce logo rend le téléphone tout à fait unique »

Quelles difficultés techniques avez-vous eues avec le développement du Surnaturel R500 ?

La difficulté, c’était de pouvoir répondre à toutes les attentes de Rohff, notamment en matière de design. On lui a proposé des designs, et il nous a donné ses idées pour le rendre plus personnel. C’est notamment le cas du logo qui s’allume à l’arrière. Nous l’avons conçu en France et nous avons expliqué à notre fabricant à Shenzhen comment il fallait le fabriquer et assembler les pièces, ce qui a pris un peu de temps.

Concernant la partie logicielle, vous développez des choses vous-même ?

On a une équipe qui fait des adaptations simples concernant les applications et les firmwares. Cela va être les notifications sonores, comme sur le R500 qui joue des mélodies de chansons de Rohff, ou intégrer des fonds d’écrans, et raccourcis vers les réseaux sociaux du rappeur. Il faut savoir que Danew vient de racheter une société plutôt orientée b2b mais qui a des développeurs Android. On compte bien s’en servir pour faire des adaptations beaucoup plus complexes du logiciel.

Vous en avez vendu combien pour l’instant ?

L’intégralité de la première production a été écoulée, ce qui représente un peu moins de 1000 téléphones. Et on a lancé une deuxième production.

« On pourra donc naviguer à 360 degrés dans les prochains clips de Rohff »

Sur quoi d’autre travaillez-vous actuellement ?

Alors, c’est une exclusivité, mais nous travaillons sur un casque de réalité virtuelle avec Rohff, qui sera adapté au SuRnaturel R500. Un casque qui ressemblera à celui de Samsung, mais dont la connexion sera faite en Bluetooth. Dans un premier temps, les clips de son album seront visionnables en 3D grâce au casque. Mais on travaille aussi sur une caméra capable de filmer à 360 degrés et qui sera utilisée pour les prochains clips. Grâce au gyroscope du téléphone, on pourra donc naviguer à 360 degrés dans les prochains clips de Rohff !

Ça fait pas mal de projets avec des célébrités, vous en avez d’autres en prévision ?

Ce que je peux dire, c’est qu’on discute avec un autre footballeur francophone qui est une star en Afrique et qui joue dans un autre championnat européen. On est aussi en discussion avec un rugbyman. Autrement, on travaille également sur une série d’objets connectés avec une designeuse française.

Propos recueillis par Romain Challand