Save, la start-up française montante de ces derniers mois spécialisée dans la réparation de smartphones et d’appareils électronique a été placée en redressement judiciaire. Dans un billet de blog, son PDG explique que la croissance exponentielle de l’entreprise a été réalisée en dépit de nombreux contrôles, que cela concerne les stocks ou les aspects financiers.

save logo

Si vous faites régulièrement vos courses dans des centres commerciaux, vous avez forcément croisé une boutique Save. Généralement située au milieu des allées, ces boutiques proposent de réparer en quelques heures ou en quelques jours des appareils électroniques et surtout des smartphones. Save est en fait une start-up française lancée il y a un peu plus de 18 mois et qui a connu une croissance incroyable. Save est ainsi passé de 30 à près de 400 salariés en un an et demi et d’un chiffre d’affaires de 100 000 euros par mois à 100 000 euros par jours.

Las, cette incroyable croissance a été très mal contrôlée. Au point que Damien Morin, le PDG et co-fondateur de Save explique dans un billet de blog sincère que sa société a été placée depuis le 5 juillet dernier en redressement judiciaire. En d’autres termes, l’entreprise est maintenant gérée par un administrateur judiciaire et ses dettes sont mises en suspens. « Peu de choses en réalité changent dans le quotidien de la société. On lui donne une respiration pendant une période, le temps qu’elle reconstruise sa rentabilité et son cash pour pouvoir de nouveau faire face à ses exigences » explique Damien Morin.

 

Une mauvaise gestion des stocks et des vols dans les boutiques

Que s’est-il passé pour que Save soit aussi rapidement en difficulté ? Save a très mal contrôlé sa croissance : « Pavaner sur cette croissance fulgurante, c’était fantastique. Tout le monde a pris son shot de dopamine et s’est senti pousser des ailes. Moi le premier. Sauf que nous n’avons pas maitrisé cette croissance. Pire encore, lorsque notre activité s’est tassée en début d’année 2016 et que nous n’avions pas encore entamé nos relais de croissance géographiques, stratégiques et opérationnels, c’est là qu’on a réalisé l’ampleur des dégâts. »

En savoir plus : Tutoriel : Comment changer un écran de smartphone soi-même ?

Damien Morin précise : « On avait un mauvais contrôle de nos achats, la finance était approximative, notre gestion de stock était brainquebalante, les vols en corners (ndlr : boutiques) ont pris une ampleur considérable, l’Allemagne et l’Espagne ont été un échec, nos relais croissance n’ont pas vu le jour, et j’en passe… Vous voyez le tableau ».

 

Un plan de restructuration et des licenciements

Ce placement en redressement judiciaire ne signifie pas pour autant la fin de la société. Elle a notamment pu compter sur ses investisseurs, qui les a refinancés. Conséquence supplémentaire, Save a également un plan de restructuration, ce qui s’est traduit par une vague de licenciement.

À lire sur FrAndroid : Petits et gros réparateurs de smartphones, le business des écrans cassés