Si les smartphones neufs sont très prisés du grand public, il existe aussi un marché de l’occasion qui permet de mettre la main sur des téléphones récents à des prix parfois très attractifs. Toutefois, l’achat d’un mobile de seconde main n’est pas un acte tout à fait anodin : puisqu’il s’agit d’un appareil qui a déjà servi, il convient de vérifier plusieurs points pour éviter un certain nombre de pièges.

Votre smartphone commence à accuser le poids des ans et vous envisagez très sérieusement de le remplacer par un modèle un peu plus récent, mais votre budget est contraint ? Si vous n’avez pas envie de mettre plusieurs centaines d’euros dans le tout dernier terminal dernier cri du moment, vous pouvez bien sûr vous rabattre sur des produits de milieu, voire d’entrée de gamme, plus abordables. Mais vous pouvez aussi vous tourner vers les mobiles d’occasion !

Les téléphones de seconde main offrent en effet une alternative à l’achat d’un produit neuf et peuvent vous permettre de repartir avec un appareil sorti il y a peu sans vous obliger à faire des folies. Car c’est bien là le principal intérêt d’un bien d’occasion : son prix. Mais bien sûr, l’achat d’un smartphone d’occasion n’est pas un acte tout à fait anodin : il nécessite de faire quelques efforts supplémentaires par rapport à l’acquisition de son équivalent neuf dans la mesure où l’on parle d’un terminal qui a déjà eu une autre vie.

Qu’est-ce qu’on vérifie, lorsque l’on part en quête d’un mobile d’occasion ? Son aspect général est généralement important : ce n’est pas parce que vous passez par un tiers que vous tenez à repartir avec une épave. L’état de l’écran, en particulier, sera à vérifier avec attention. Mais d’autres points sont également à contrôler et ils nécessiteront un petit effort de votre part.

Le nerf de la guerre : l’argent

Si vous achetez un smartphone d’occasion, c’est parce que vous voulez faire des économies. Donc c’est ce critère-là que vous vous attacherez à vérifier en priorité, en notant par exemple quelle est la différence actuelle entre le terminal qui vous intéresse et le tarif que son constructeur appliquait au moment de la sortie. L’écart est-il assez prononcé pour que cela vaille le coup d’opter pour l’offre d’un particulier plutôt qu’un appareil neuf ?

Ne regardez pas non plus qu’une seule proposition, aussi alléchante soit-elle. Consultez plusieurs offres sur le web en regardant les prix affichés ailleurs. Bien sûr, ils seront amenés à varier grandement en fonction, notamment, de l’état de chaque appareil vendu, mais cela peut vous donner une bonne idée, à un instant T, de la manière dont le marché de l’occasion estime la valeur pécuniaire du produit.

Comparez avec les smartphones neufs

Lorsque vous chercherez un modèle d’occasion, vous aurez sans doute en tête certaines caractéristiques que vous jugez importantes : telle taille d’écran, telle quantité de mémoire vive et ainsi de suite. Si vous avez des critères déjà bien arrêtés, comparez au cas où cette fiche technique avec celle des smartphones neufs. Si vous tombez sur une alternative neuve qui équivaut financièrement à votre trouvaille d’occasion, alors cela signifie que l’offre d’occasion n’est pas assez attractive : l’alternative neuve est plus intéressante, car, aspect non négligeable, elle contient une garantie constructeur.

Enfin, les deux derniers aspects à contrôler sont la méthode de vente et ce que le prix recouvre. S’il s’agit d’une enchère, passez votre chemin : vous ne saurez pas jusqu’où les enchérisseurs sont prêts à aller pour remporter la mise. Privilégiez les annonces qui ont un prix qui ne laisse aucun doute sur ce que vous allez payer (nonobstant la phase de négociation éventuelle qui devrait avoir lieu). Ensuite, mettez bien au clair ce que l’offre recouvre : outre le smartphone, y a-t-il d’autres éléments (câble USB, écouteurs, étui, etc.) qui accompagnent la vente ? Si non, vous pourriez avoir un levier pour obtenir un rabais. Pensez également à demander une facture pour savoir si l’appareil est toujours sous garantie.

S’intéresser à l’annonceur

Derrière chaque annonce, il y a quelqu’un qui cherche à tirer un bon prix de son bien. Et parce que toutes les personnes ne sont pas toujours animées des meilleures intentions du monde, il convient de s’assurer que celui qui propose le dernier terminal à la mode à un prix défiant toute concurrence n’est pas un escroc qui tente de vous refourguer un mobile chinois ressemblant comme deux gouttes d’eau au Samsung Galaxy S7.

Plusieurs approches permettent d’éviter de tomber sur une arnaque : vous pouvez faire jouer vos contacts (peut-être l’ami d’un ami est en train de vendre son téléphone ?) et regarder les évaluations laissées par d’autres internautes, si le site sur lequel vous pourriez boucler votre transaction dispose d’un tel indicateur de confiance. Ce genre de renseignement, que l’on trouve sur eBay ou Amazon, est très utile pour l’utilisateur qui veut évaluer d’un coup d’œil la fiabilité d’un annonceur.

Rencontrez le vendeur et testez le smartphone

Mettez également les choses au clair d’entrée de jeu : dites-lui que vous souhaiteriez le rencontrer en personne afin de pouvoir prendre en main le smartphone et vérifier s’il est en bon état. Indiquez également votre désir de conduire quelques tests dessus, sans forcément préciser lesquels, pour s’assurer que tout est en ordre. Le seul fait de vous montrer aussi pointilleux dans l’acquisition du téléphone vous permettra de trier le bon grain de l’ivraie.

Ce dernier point est évidemment plus facile à suivre à proximité d’une grande agglomération que dans un petit village perdu au milieu de nulle part. Néanmoins, il est hautement recommandé d’en passer par là, car les photographies accompagnant l’annonce pourraient être truquées ou tout simplement avoir été chapardées sur une autre annonce, pour induire en erreur l’acheteur. Enfin, précisez avec lui s’il est prêt à discuter du prix si vous trouvez quelque chose à redire pendant votre inspection. Il est possible que vous tombiez sur une mauvaise surprise et teniez à ce que le prix de vente reflète votre trouvaille.

Ne pas repartir avec une épave

Avec le prix, c’est l’autre point sur lequel la majorité des utilisateurs s’attarde naturellement : l’état de l’appareil. En effet, ce n’est pas parce que vous avez pris la décision de passer par un mobile de seconde main que vous devez finir avec un produit très dégradé. Il faut toutefois faire preuve d’indulgence lorsque vous procéderez à l’inspection : vous n’achetez pas du neuf, ne vous attendez donc pas à un mobile en parfait état (de toute façon, le vendeur devrait en avoir conscience : il reflétera logiquement l’état sur le prix du téléphone).

Un autre aspect à prendre en compte est l’emplacement des éventuels petits dégâts subis par le terminal : une écorchure sur la coque n’a pas la même incidence qu’un éclat sur l’écran. Dit autrement, vous pouvez vous accommoder d’un boîtier légèrement abîmé, mais pas d’une dalle traversée par une fissure ou d’une rayure au niveau du capteur photo. Et à supposer que cela ne vous gêne pas, vous pouvez essayer de négocier une plus grande remise en pointant du doigt les dégradations du produit qui n’étaient pas nécessairement bien mentionnées dans la fiche de vente.

Tous les dégâts ne se valent pas

Lorsque vous aurez le smartphone en main pour le passer en revue, ne vous contentez pas de l’écran et de la coque. Ouvrez le terminal, regardez si la carte SIM s’insère et se retire bien, vérifiez la batterie et si elle est amovible ou non (si est elle inamovible et que le téléphone est un peu ancien, il est possible que son autonomie globale soit un peu en dessous des performances que l’on obtiendrait avec un équivalent neuf). Contrôlez les ports en branchant les connecteurs adéquats (écouteurs, USB…). Est-ce qu’ils s’insèrent bien ?

Pour les plus connaisseurs d’entre vous, pensez à bien examiner que le produit que l’on vous propose n’est pas un téléphone chinois « recoqué » pour ressembler à un produit en vogue. Ce n’est pas forcément le plus facile à contrôler, car il faut avoir une bonne connaissance préalable de l’écosystème Android et savoir où chercher et quoi vérifier. Un exemple est donné par Technoïd avec un téléphone ressemblant au Samsung Galaxy S6, en vérifiant les réglages de l’appareil photo, l’interface Android utilisée ou encore le type de processeur, à condition d’installer une application de benchmark.

Last but not least, il est possible pour certains mobiles de vérifier s’ils ont été immergés. C’est le cas par exemple des modèles vendus par Sony, qui incluent une sorte de petit indicateur d’usure indiquant s’ils ont été confrontés à de l’eau. Celui-ci prend la forme d’un petit carré blanc qui devient rose lorsque l’étanchéité est compromise. Hélas, ce type de renseignement n’est pas toujours accessible pour le grand public. À défaut, vous pouvez essayer de savoir s’il n’y a pas des traces de buée ou d’humidité au niveau de l’écran (entre la dalle et la vitre) ou de l’objectif de l’appareil photo. Il est toujours bon de prendre une photo test pour vérifier que celui-ci fonctionne correctement.

Déceler les bugs et les vices cachés

Maintenant que vous avez contrôlé l’enveloppe externe du smartphone, il va falloir vérifier si tous les composants internes fonctionnent normalement. Venez avec vos différents câbles et assurez-vous que tout marche sans difficulté : si vous branchez des écouteurs, pouvez-vous entendre du son ? Si vous connectez un câble USB, êtes-vous en mesure d’effectuer un transfert de fichier et de recharger en même temps la batterie du smartphone (si vous le connectez un PC portable ou une batterie externe, par exemple) ? Contrôlez de la même façon tous les accessoires accompagnant le téléphone dont le vendeur cherche à se débarrasser.

Il va également falloir savoir si le téléphone communique bien. Prévoyez donc de mettre votre carte SIM à l’intérieur et passer un appel. Allez également faire un tour sur le web de façon à noter si la connexion 3G/4G est bien opérationnelle. C’est aussi un bon moyen de s’assurer que le terminal n’est pas  bridé d’une façon ou d’une autre par l’opérateur de la personne qui cherche à vendre son appareil, à supposer que vous n’êtes pas vous-mêmes client chez cet opérateur.

Les composants aussi peuvent être testés

Avant de prendre rendez-vous avec le vendeur, renseignez-vous sur le code qui permet d’enclencher une batterie de tests pour contrôler chaque élément. Par exemple sur l’Asus Zenfone 2, vous devez ouvrir l’application calculatrice et taper « .12345+= » sans les guillemets. Vous verrez alors diverses informations, comme l’usage du processeur (CPU), le niveau de batterie, le taux d’usage de la mémoire vive et différentes rubriques pour mettre à l’épreuve le Bluetooth, le WiFi, la boussole, le modem, le gyroscope, le tactile, le flash de l’appareil photo, le multitouch, le vibreur, le capteur de proximité, le NFC et ainsi de suite.

Ces différentes étapes requièrent un peu de préparation en amont : prenez contact avec le vendeur et annoncez-lui la couleur. En vous montrant d’emblée aussi sourcilleux, les éventuelles personnes mal intentionnées passeront leur chemin. Vous devrez bien sûr prévoir vos propres câbles (au cas où votre contact ne les fournit pas), savoir quel est le type de carte SIM utilisé (normale ? Micro ? Nano ?) et notez sur un bout de papier le code de test à exécuter sur le smartphone que vous comptez acquérir et la façon de s’en servir.

Prenez votre temps pour exécuter ces différentes étapes. En outre, n’hésitez pas à prolonger vos vérifications au niveau de la batterie : visionnez une vidéo sur YouTube ou lancez un jeu vidéo, de façon à voir si la batterie a la fâcheuse tendance de se vider un peu trop rapidement. De façon générale, évitez d’acheter un appareil qui a plus de deux ans d’âge si sa batterie n’est pas facile à remplacer. En effet, si celle-ci est inamovible, vous devrez composer avec une autonomie nettement plus faible.

Tout dépendra de vos constats précédents

Lorsque vous trouverez le mobile qui vous intéresse, avant de fixer une date pour la transaction, renseignez-vous au préalable auprès du vendeur pour déterminer s’il existe une possibilité de négocier le prix. Si vous avez des recherches relativement exhaustives, vous connaissez logiquement les tarifs proposés par les autres vendeurs pour le même modèle et vous pouvez donc vous servir de cette information comme d’un levier. S’il refuse l’idée d’une négociation, cela ne signifie pas pour autant qu’il faille laisser tomber.

Si vous avez inspecté de fond en comble le terminal, peut-être aurez-vous décelé des égratignures sur la coque ou un problème de fonctionnement avec l’un des composants. Selon la gravité du problème, son emplacement et l’importance que vous lui accordez (peut-être qu’un souci au niveau de l’emplacement de la carte SD ne vous gêne pas outre mesure si vous ne comptez pas en glisser une), vous aurez des arguments à faire valoir pour inciter le vendeur à revoir à la baisse ses prétentions.

Jouez avec vos leviers avec parcimonie

Un autre élément que vous pouvez mettre en avant au cours de la négociation est l’absence de garantie lorsque l’usager qui cherche maintenant à vendre son bien en a profité. En jouant sur cet aspect, vous pouvez très bien faire remarquer que vous allez devoir éventuellement procéder à des achats supplémentaires pour protéger le téléphone (un étui, un film protecteur pour l’écran…) et qu’un rabais à peu près équivalent à leur achat serait un geste que vous apprécieriez grandement. Bien sûr, si tout ça est fourni avec l’appareil, inutile de perdre votre salive !

À ce propos, n’hésitez d’ailleurs pas à demander la facture si l’utilisateur l’a encore en sa possession afin de connaître la date d’achat, si la garantie a bien expiré et, le cas échéant, les conditions pour en profiter.

accord deal main serrage

Enfin, ne vous attendez pas à des remises incroyables. Un bon deal est avant tout un deal dans lequel chaque partie repart avec le sentiment de ne pas avoir été lésé. Bien sûr, en tant qu’acheteur, vous aurez surtout en tête de faire la plus grosse économie possible tout en obtenant le téléphone de vos rêves (ou en tout cas, un mobile plus récent !) à moindre coût. Mais il ne faut pas perdre de vue que si vous êtes aujourd’hui acheteur, demain vous serez peut-être dans la peau du vendeur et vous voudrez à ce moment-là faire une bonne affaire aussi.

À lire sur FrAndroid : Les meilleurs smartphones à moins de 300 euros