Les médailles des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo seront faites à partir d’appareils électroniques recyclés, une première dans l’histoire des jeux.

Pour les Jeux olympiques de 2020 qui se dérouleront à Tokyo, le comité d’organisation a décidé de faire participer les Japonais à l’élaboration des médailles.

D’anciens appareils électroniques recyclés

Pour faire participer le peuple japonais à l’élaboration des différentes médailles, les habitants du pays sont invités à déposer leurs anciens appareils électroniques pour qu’ils soient recyclés puis coulés dans de l’or, de l’argent ou du bronze pour former les médailles qui seront offertes aux athlètes. Il faudra déposer ses anciens appareils dans les boutiques de l’opérateur NTT-DoCoMo ou dans certains lieux publics. Le but étant d’atteindre 8 tonnes d’appareils pour pouvoir produire 5000 médailles pour les athlètes olympiques et paralympiques.

Médailles olympiques des JO de Rio 2016 (Tomaz Silva/Agência Brasil)

Cependant, le but n’est pas uniquement de faire participer généreusement le peuple japonais, il y a aussi une histoire de coût. Si « l’armature » de la médaille est faite en appareils recyclés, il n’y aura qu’à payer le recyclage, les appareils étant généreusement offerts par les citoyens japonais. Cela répond également à un problème de ressources. Le Japon étant un territoire pauvre en ressources minières, recycler des appareils électroniques lui reviendra moins cher que d’importer ces ressources.

L’initiative est quand même à saluer, cela permettra de baisser un minimum l’impact écologique de ces jeux en évitant d’utiliser encore des ressources minières et de baisser les déchets électroniques. Un exemple qui devrait, espérons-le, montrer la voie aux futurs organisateurs de Jeux olympiques.