« Une nouvelle manière de profiter de ce que les téléphones ont à offrir ». C’est en substance la promesse de Siempo, un smartphone qui permet de rester connecté avec moins d' »interférences ».

Siempo prépare un smartphone qui propose un meilleur équilibre entre vie numérique et « vraie vie ». Alors que le Nokia 3310 suscite un regain d’intérêt pour ce qu’on appelle les dumbphones — c’est-à-dire les téléphones bêtes, par opposition aux téléphones intelligents que sont les smartphones —, Siempo estime qu’il existe une meilleure solution.

Reposant sur des recherches comportementales, en neurosciences et sur le courant de la pleine-conscience (mindfulness), le Siempo est ainsi un smartphone qui ne se contente pas de réduire le nombre d’applications, mais qui apporte une « expérience utilisateur » moins distrayante, « qui respecte votre concentration ».

Un smartphone vraiment à votre service

Pour commencer, l’écran d’accueil n’affiche pas une mosaïque d’applications convoitant votre attention, mais une liste d' »interactions intentionnelles » en langage naturel : créer un rappel, envoyer un message, enregistrer les coordonnées d’un contact…

L’interface propose par ailleurs plusieurs fonctions permettant de rester concentré, dont une fonction « Ne pas déranger », ou une fonction « Focus » qui permet de recevoir ses notifications par lot, toutes les 15, 30 ou 60 minutes.

On trouve par ailleurs toutes les applications habituelles, mais elles sont rangées à l’écart. En plus des applications traditionnelles, signalons l’existence d’une application de méditation.

Trop bas de gamme ?

Le Siempo est par ailleurs un smartphone simple, dont les spécifications techniques ne sont d’ailleurs même pas détaillées. On sait seulement qu’il arbore un écran de seulement 4 pouces « haute résolution », qu’il embarque un CPU à quatre cœurs cadencés à seulement 1 GHz, 8 Go de mémoire interne, de la 4G, du Wi-Fi, du Bluetooth et du NFC, ainsi qu’une batterie de 1600 mAh.

Une fiche technique qui rappelle des téléphones d’entrée de gamme d’il y a plusieurs années. Même si l’appareil mise sur une utilisation réduite, ce n’est pas une raison pour verser à ce point dans le bas de gamme. On peut même craindre que ces composants dépassés desservent la promesse, en causant des ralentissements agaçants et des frustrations, c’est-à-dire l’inverse de l’intention initiale…

Le Siempo fait l’objet d’une campagne de financement participatif sur Kickstarter. Ses créateurs espèrent récolter 500 000 dollars en un mois, ce qui parait ambitieux pour un tel projet. Le smartphone est ainsi en « précommande » à 280 dollars, un tarif lui aussi élevé compte tenu de la fiche technique plus que modeste de l’appareil. D’autant qu’il ne sera disponible qu’en décembre 2017.

Dommage, car l’idée de départ est bonne… Peut-être Siempo finira-t-il par faire de son concept une simple application Android ?