De nombreux acquéreurs de smartphones se tournent aujourd’hui vers des produits reconditionnés. Un marché qui se porte bien, à en juger par la levée de fonds de 50 millions d’euros réalisée par la société française spécialisée Recommerce.


Et si les smartphones reconditionnés n’étaient pas qu’une simple voie d’achat alternative mais bien un secteur commercial en plein essor ? La levée de fonds de 50 millions d’euros tout juste réalisée par la société française Recommerce prouve en tout cas que les investisseurs sont prêts à parier sur cette économie.

Fondée en 2009, cette entreprise de portée européenne est spécialisée dans le reconditionnement et la vente d’appareils mobiles. Elle les rachète, les reconditionne et les revend aux particuliers – sur son site et auprès d’opérateurs comme Bouygues Telecom, SFR et Orange –  à un prix réduit par rapport à leur tarif de vente neuf, toujours plus élevé.

Recommerce offre ainsi une seconde vie à ces produits et contribue à une économie circulaire de réutilisation alors que les problématiques liées à l’accumulation de déchets technologiques deviennent de plus en plus pressantes.

Un futur leader européen ?

L’entreprise, qui a obtenu cette somme conséquente auprès notamment de Capzanine (habitué au financement des PME) et de Creadev (groupe Auchan), entend profiter de ce succès pour poursuivre son expansion et devenir la « première marque européenne de produits reconditionnés ».

« Entre un marché du neuf de moins en moins abordable financièrement et un marché de l’occasion peu rassurant, le reconditionné est une vraie réponse aux attentes des consommateurs. Cette opération financière va nous permettre de structurer une phase de croissance importante qui passera notamment par des opérations d’acquisitions en Europe et aux États-Unis », explique ainsi son directeur général, Alain Cornu, dans un communiqué.

En France, d’autres sites entretiennent cette économie de la réutilisation, à l’instar de Backmarket, fondé sur un principe identique mais qui permet une revente (quasi directe) entre particuliers.