NVIDIA vient tout juste de dévoiler sa NVIDIA Shield Tablet à destination des joueurs. De nombreuses fuites ont précédé son lancement, à tel point que l’ensemble des spécifications de la tablette est déjà connu. Nous avons toutefois été invités à une présentation la semaine dernière et avons pu rapidement prendre en main la Shield Tablet. Nous allons donc tenter de vous en présenter les principales fonctionnalités.

NVIDIA Shield Tablet-6

Tegra K1 : version 32 bits

On s’attendait à une Shield 2 mais Nvidia aura finalement présenté une tablette : la Shield Tablet. Sous son écran de 8 pouces doté d’une dalle Full HD (1920 x 1080 pixels), se cache le SoC de Nvidia, la pièce maitresse de la tablette : le Tegra K1. C’est sa version 32 bits qui est intégrée dans la tablette avec ses quatre cœurs ARM Cortex-A15 ainsi que le 5ème cœur compagnon utilisé en cas de faible charge. Le processeur cadencé à 2,2 GHz est assisté par 2 Go de mémoire vive et surtout, par la puce graphique Kepler avec ses 192 CUDA cores. C’est elle qui fait toute la spécificité de la tablette puisque sa puissance de calcul est largement supérieure à tout ce qui se fait actuellement.

NVIDIA Shield Tablet-12

La tablette donne l’impression d’être réalisée en métal, ce qui n’est pas le cas puisque la coque arrière est en plastique similaire à la Nexus 7 avec du plastique dur pour la face avant. Le look est tout de même réussi avec les larges grilles des haut-parleurs en façade qui donnent un côté agressif à l’appareil. Je trouve également l’arrière plus joli que la Tegra Note 7 même si la sensation de solidité est un peu moins présente que sur la Nexus 7. Pour le prix, on aurait bien aimé voir une coque en aluminium, ce qui aurait en plus permis une meilleure dissipation du SoC pour des performances en hausse. Aucun ventilateur n’est intégré dans la tablette pour venir refroidir le SoC contrairement à la Shield. Il faudra alors vérifier que le Tegra K1 maintient sa fréquence de fonctionnement élevée même en cas de session prolongée de jeu. Nous n’avons pas pu vérifier ce point lors de la prise en main mais ne manquerons pas de le faire lors du test.

NVIDIA Shield Tablet-10

Pour continuer sur le design, on retrouve sur le côté un rangement pour le stylet qui se dénomme dorénavant Direct Stylus 2 puisqu’il possède des nouvelles fonctionnalités d’écriture et de dessin. Il est ainsi possible d’écrire de manière manuscrite avec le stylet au lieu d’utiliser le clavier tactile Android. La partie logicielle de la tablette se charge alors de traduire cette écriture en signes compréhensibles pour Android. Lors de la présentation, cette fonctionnalité a bien marché même avec une écriture maladroite.

NVIDIA Shield Tablet-13

Un slot microSD est également présent et supporte les cartes d’une capacité de 128 Go. La version 4G (LTE) comportera quant à elle un slot micro-SIM. Pour déporter l’affichage sur un écran plus grand, la tablette utilisera un connecteur HDMI 1.4a tout en supportant les définitions UHD (4K : 3840 x 2160 pixels). Le connecteur micro-USB 2.0 permet d’être utilisé en host ou device. Cela signifie que l’on peut relier la tablette à un ordinateur pour qu’elle soit vue comme un espace de stockage ou l’inverse : relier une clef USB à la tablette qui sera vue comme du stockage.

NVIDIA Shield Tablet-18

Trine 2 est inclut dans le pack de base

Il sera également possible de connecter des périphériques comme des manettes de jeu filiaires. La manette de la Xbox 360 est en effet compatible avec Android et donc la Shield Tablet. On ne sait pas en revanche si c’est le cas pour la version sans fil. Cette solution est intéressante pour les possesseurs de ces excellentes manettes, ce qui évitera de devoir repasser à la caisse. En revanche, la manette Xbox ne comporte pas les boutons Android présents sur la manette de la Shield Tablet.

NVIDIA Shield Tablet-23

Shield Tablet : Shield 2 ?

Parlons justement un peu de cette manette qui est vendue séparément (59 euros). Elle reprend le même design que la Shield et ressemble beaucoup à la manette de la Xbox One. Elle arbore la même conception que la Shield avec deux sticks analogiques, une croix directionnelle, quatre boutons d’actions et quatre gâchettes à l’arrière. La prise en main est très agréable mais les utilisateurs de PS3/PS4 qui préfèrent la finesse des manettes de Sony ne seront pas convaincus. En revanche, les habitués des manettes Xbox ne seront pas dépaysés. Cette manette dispose comme nous le disions des trois boutons propres à Android : accueil, retour et multitâche. La zone triangulaire en bas de la manette correspond à un pavé tactile qui peut s’enfoncer pour cliquer, à la manière des trackpads de Mac. Pratique pour sélectionner certains éléments à l’écran dans les menus de certains jeux.

NVIDIA Shield Tablet-4

Alors qu’est-ce que donne ce combo Shield Tablet + Shield Wireless Controller ? Nous n’avons pas pu la tester longuement et Nvidia nous a plutôt fait une présentation. Pendant les quelques minutes de prise en main, j’ai vraiment apprécié ce kit manette + tablette comparé à la Shield. Cette dernière est un peu trop lourde et surtout, son écran est trop petit. Avec la Shield Tablet, le poids est sur la tablette (390g contre 579g sur la Shield) et l’utilisateur ne ressent que le poids contenu de la manette et de sa batterie Li-ion. L’écran est bien sûr beaucoup plus grand avec 8 pouces contre 5 pouces.

NVIDIA Shield Tablet-21

L’immersion dans les jeux est donc plus grande. L’inconvénient, c’est qu’il sera impossible de jouer dans les transports en commun avec la Shield Tablet puisqu’il faut réussir à la poser sur un endroit plat. D’ailleurs, Nvidia vend séparément le pied (39 euros) qui permet de la faire tenir à la verticale. Dommage de ne pas l’avoir intégré au bundle. Lors de la prise en main, j’ai pu jouer rapidement à War Thunder, en version bêta sur Android. Il devrait sortir d’ici quelques mois, ce qui ravira les fan de ce MMO gratuit. La manette prenait alors tout son sens avec un jeu d’aviation.

NVIDIA Shield Tablet-26

Les représentants de Nvidia ont également réalisé la démonstration de la fonctionnalité GameStream. Pour rappel, elle permet de jouer sur son appareil Shield à un jeu installé sur son PC équipé d’une carte graphique Nvidia. Le PC fait tourner le jeu et se sert de sa puissance de calcul pour envoyer les images en streaming à la Shield qui n’a plus qu’à décoder comme un flux vidéo. La présentation a été réalisée avec Grid et s’est déroulée sans accroc. Cela a également été l’occasion pour Nvidia de présenter une nouvelle fonctionnalité : l’intégration de Twitch directement dans les jeux. Il suffit de maintenir appuyé le bouton Accueil pour ouvrir un menu qui permet de streamer vers une chaîne Twitch, de réaliser un screenshot ou d’enregistrer sa partie en vidéo pour la regarder plus tard.

NVIDIA Shield Tablet-3

L’intégration avec Twitch est vraiment bien réalisée et très simple. La caméra en façade de la tablette peut être activée pour rajouter dans un coin de l’écran son visage comme le font les streameurs. Sur la manette, un micro est intégré pour pouvoir rajouter sa voix sur le stream. Enfin, un connecteur permet de brancher un casque / micro sur la manette pour un plus grand confort. D’ailleurs, le micro de la manette permet de se servir de la fonctionnalité OK Google d’Android pour lancer des applications ou réaliser des actions de manière vocale.

 

Premier lancement mondial pour un produit NVIDIA

La Shield Tablet nous a laissé une bonne impression mais il faudra vérifier cela durant de longues sessions de jeu lors du test complet de l’appareil. La tablette est déjà disponible en précommande au tarif de 299 euros (299 dollars) pour la version 16 Go Wi-Fi et 399 euros (399 dollars) pour la version 32 Go Wi-FI + 4G. La Shield Tablet sera livrée à partir du 29 juillet aux Etats-Unis et au Canada et à partir du 15 août en Europe, la plupart des web marchands proposent déjà des pré-commandes (LDLC, Materiel.net, etc.). Le reste du monde devrait suivre plus tard dans l’année.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid