Depuis le mois de mai dernier, on sait qu’AMD souhaite s’installer durablement dans l’univers des tablettes Android, un marché jusque là totalement délaissé par la marque. Intel, de son côté, a également de nombreux plans dans ses cartons afin de continuer son ascension dans l’univers des ardoises numériques pour tenter de trouver une place de leader.

Desktop-Wallpaper-s-Computers-AMD-vs-Intel-The-Legal-Challenge

AMD n’a jamais vraiment approché de près ou de loin les tablettes Android. D’ailleurs, sous Windows, on ne trouve aucune tablette équipée d’une puce AMD alors que le constructeur possède un catalogue de SoC x86 (les Mullins) capables d’intéresser les OEM. Mais cela ne semble pas être le cas actuellement. La donne pourrait changer en 2015 puisqu’on sait qu’AMD a dans les cartons une puce ARM compatible avec Android : le projet SkyBridge. Selon les informations récupérées par Digitimes sur les lignes de production, AMD compte lancer la production de masse de ces puces nommées Amur lors du troisième trimestre 2015.

Au programme pour faire l’Amur : des cœurs Cortex-A57, une partie graphique GCN en provenance des Radeon (les célèbres cartes graphiques du constructeur) et une gravure en 20 nm. Sur le marché des ordinateurs, AMD produit des processeurs qui comportent une partie graphique bien plus puissante que ceux réalisés par Intel. En déclinant ce genre de puce pour les tablettes, AMD réussira-t-il à venir chatouiller Nvidia avec son Tegra K1 et ses successeurs ? Peut-être et on l’espère, histoire de faire un peu de concurrence et de rehausser le niveau global de performances dans les jeux sous Android, pour permettre aux développeurs de nous pondre des titres plus intéressants graphiquement.

De son côté, Intel ne compte pas rester les bras croisés et on sait déjà que les puces Cherry Trail viendront remplacer en 2015 les actuelles Bay Trail (Moorefield). Concernant leur évolution, leur finesse de gravure passera de 22nm à 14nm pour une efficacité énergétique qui devrait être en forte hausse. Leur officialisation devrait intervenir lors du premier trimestre 2015 pour une production en masse qui débutera au mois de mars. Ces puces pourraient faire de l’ombre à la concurrence grâce à l’utilisation du 14nm, mais leur partie graphique (Intel HD) ne devrait pas être leur principal point fort.

Convaincre les OEM : mission impossible ?

2015 signerait donc l’arrivée des deux géants des ordinateurs sur le marché des tablettes et le plus dur sera de convaincre les OEM qui ont déjà l’habitude de travailler avec les acteurs en place (Qualcomm ou MediaTek pour ne citer que les plus connus). A ce petit jeu, Intel s’en sort plutôt bien, en amadouant les constructeurs avec des tarifs préférentiels, un support de premier ordre ou encore une solution clef en main récemment annoncée. AMD a beaucoup moins de liquidités et ne peut donc pas se permettre de réaliser ces actions. Il faudra donc que la puce soit réellement bonne pour espérer être intégrée massivement dans les tablettes.