La tablette Remix est actuellement en cours de financement sur la plateforme Kickstarter. Celle qui se veut dédiée à la productivité a-t-elle les moyens de ses ambitions ?

Remix

Nous évoquions en janvier dernier la tablette Remix, aperçue en marge du CES de Las Vegas, et la voici qui se concrétise par le biais du site de financement participatif Kickstarter, où l’appareil est actuellement en cours de financement. Les 100 000 dollars que ses concepteurs, emmenés par trois anciens ingénieurs de Google, réclamaient initialement, sont déjà atteints, de même que les premières vagues de tablettes à 200 dollars sont déjà épuisées.

Remix

Cette Remix, telle qu’elle apparaît, est une cousine (très très proche) de la Surface de Microsoft, dans son design et ses usages. L‘appareil en tant que tel est donc une tablette dotée d’un écran de 11,6 pouces IPS Full HD, au ratio 16:9, dans un corps de 189 × 295 × 9,5 mm pour 860 grammes. L’appareil intègre un SoC Nvidia Tegra 4 à 1,81 GHz couplé à 2 Go de RAM (DDR3), avec 64 Go de stockage et un slot micro-SD pouvant accueillir des cartes jusqu’à 128 Go. On retrouve en outre deux appareils photo de 5 mégapixels en façade et au dos de l’appareil, deux microphones et une batterie de 8100 mAh. La Remix peut d’ailleurs faire office de chargeur d’appoint pour charger un téléphone et, de son côté, sera alimentée soit par son chargeur magnétique, soit par son port micro-USB.

La productivité en ligne de mire

Ce qui rapproche la Remix d’une Surface, c’est bien sûr son format : cette tablette dispose, comme sa cousine sous Windows, d’une béquille ici inclinable à 40 ou 80°, afin de l’utiliser comme un écran d’ordinateur. Elle est en outre dotée d’une version customisée d’Android, Remix OS, basé sur Android 4.4.2 et non sous Lollipop, comme les premières informations à son sujet le laissaient entendre. L’équipe en charge de la tablette assure qu’elle pourra être mise à jour vers Lollipop ; toutefois, le doute est permis dans la mesure où la Remix serait la première à combiner du Tegra 4 à Android 5.0.

 

Remix

Quoi qu’il en soit, Remix OS mise sur du multitâche simplifié par la présence d’une « taskbar » (barre des tâches) située en bas d’écran et permettant de naviguer facilement entre différentes applications ouvertes. La Remix mise en outre sur un explorateur de fichiers clair et préinstallé, sur du multi-fenêtre (sans plus de détails) et sur un client email maison. Toutefois, si l’on nous parle sur la fiche Kickstarter de la tablette d’un appareil « 100 % Android », il semble bien qu’il ne soit pas certifié Google, même s’il offre l’accès aux applications du Google Play. Toujours au rayon des applications, la Remix ne sera pas livrée avec Microsoft Office. C’est pourtant bien l’app qu’embarqueront des tablettes concurrentes dès le second trimestre 2015, comme l’a annoncé l’éditeur il y a quelques jours. Sans cet atout productivité, la Remix est-elle vraiment pertinente ?

Remix

La Remix est en réalité une version occidentale d’une tablette déjà financée en Chine et dont il s’agit de créer la version accessible au reste du monde. La campagne qui lui est dédiée prendra fin le 24 avril prochain pour une livraison dès le mois de mai suivant. Comptez sur un prix estimé à 399 dollars lors de sa disponibilité auprès du grand public, avec un clavier doté d’une connexion magnétique avec la tablette et épais de 5 mm.