La liste des appareils équipés du premier processeur de Mediatek à huit cœurs capable de fonctionner simultanément s’étoffe peu à peu. Après Zopo, on évoque un prochain terminal Xiaomi doté du fameux MT6592.

Hongmi 2

Le Red Rice de Xiaomi, également connu sous le petit nom de Hongmi, pourrait bien s’offrir une évolution radicale dans sa deuxième version. Il se murmure actuellement que le Hongmi 2, dont la sortie pourrait intervenir avant la fin de l’année, serait équipé de la dernière génération de processeurs Mediatek, lesquels, baptisés MT6592, seraient capable de faire tourner leurs huit cœurs à la fois. Le smartphone serait équipé en outre d’un écran de 5,5 pouces, on l’imagine, dans une définition Full HD. La phablette succèderait ainsi au premier Hongmi, lancé durant l’été 2013 en Chine, et dont le format plus modeste de 4,7 pouces s’accompagnait d’une définition HD sur une dalle IPS, le tout animé par un processeur Mediatek quadricœur (référence MT6589T).

En pleine ascension en Chine, la jeune entreprise Xiaomi s’est offerte les services d’une figure emblématique de Google, Hugo Barra, venu rejoindre les rangs de la firme en vue d’une expansion à l’international. Il y a fort à parier que Xiaomi fasse donc partie des premières firmes à proposer un smartphone équipé de la dernière génération de puces Mediatek, au côté de Zopo, dont on apprenait hier l’intention de lancer à la fin novembre une petite quantité d’appareils du même ordre sur la scène internationale, et tandis que le UMI X2S risque d’être limité à une sortie chinoise.

Si les intentions de Xiaomi restent à confirmer, on notera que la présentation du processeur octo-core de Mediatek n’a pas été sans susciter son lot de polémique. Qualifié de premier « vrai octo-cœur » par le fondeur, il avait été montré du doigt par un responsable de l’Américain Qualcomm, lequel affirmait que huit cœurs étaient inutiles, surtout s’ils reposaient sur une architecture ancienne, avant de revenir sur ses propos. On remarquera toutefois que Mediatek a opté pour huit cœurs Cortex-A7 qui, s’ils ne déméritent pas, semblent pour le moment surtout voués à apporter le support de débits supérieurs (probablement 42 Mbps) aux appareils qui en seront équipés, et à limiter leur consommation d’énergie, ce qui importe d’autant plus que le Hongmi 2 risque fort de s’inscrire dans la catégorie des phablettes… avec l’écran gourmand en ressources qui s’impose. En amont de tests concrets, il semble prématuré d’évoquer là un simple argument marketing, mais une chose est sûre : à l’heure actuelle, les smartphones équipés de ce hardware qui sont actuellement attendus se situeront dans une fourchette de prix basse, probablement sous la barre des 300 euros. Ce type de tarifs, comparé à des appareils équipés chez Qualcomm, ne présage pas des performances miraculeuses, mais plutôt un rapport qualité-prix difficile à surpasser.