La saga HP n’en a pas fini avec nos petits cœurs fragiles. Après le rachat de Palm, le déclin de WebOS, le report de ses activités vers l’univers des tablettes, des PC et des Chromebooks, la firme désormais dirigée par Meg Whitman devrait se tourner non vers les smartphones, mais vers des appareils un peu plus encombrants : les phablettes. Reste-t-il encore un peu de place pour un nouvel acteur sur ce segment ?

HP

Mystère, mystère chez HP. La firme affronte actuellement un virage dans ses activités, après de premiers exemplaires de tablettes tactiles assez décevants (les premières Slate notamment), et vient de laisser apparaître de nouvelles moutures d’ardoises aux caractéristiques revues à la hausse. Et pourtant, ce ne devrait pas être les seules nouveautés de la marque américaine dirigée de la main de Meg Whitman, dont les ambitions pourraient bien s’inscrire dans la suite logique de ces fameuses tablettes.

Expliquons-nous : en 2011, webOS faisait ses adieux au monde des smartphones (Pre) et tablettes (TouchPad), quelques mois seulement après le rachat de Palm par HP en 2010, et malgré un OS non dépourvu d’intérêt… et une facture dépassant le milliard de dollars. Depuis, c’est vers Android que la marque a porté ses efforts, proposant plusieurs séries de tablettes sous l’OS de Google. Et l’année 2014 devrait être placé sous le sceau de la diversification, selon les sources de The Information, publiées en cette période de fêtes. On en sait pourtant bien peu au sujet de ces produits, qui devraient adopter un statut hybride entre tablette et smartphone, avec fonction appel sur le réseau cellulaire. On table sur des formats situés entre 6 et 7 pouces, et sur des tarifs oscillant entre 200 et 250 dollars. Cela vous rappelle-t-il quelqu’un ?

Face à HP, Asus et ses FonePad

Si HP se lance sur le secteur des tablettes et phablettes à prix modeste, la marque devra affronter notamment un concurrent de poids, Asus. Des tablettes de 7 pouces avec fonction téléphonie pour un tarif sous la barre des 300 euros viendraient en effet se poster face à des FonePad, dont la deuxième mouture est sortie en fin d’année 2013, tandis qu’une version 6 pouces évoque plutôt un FonePad Note 6, qui toutefois s’offre un stylet rangé dans sa coque. Tout cela s’inscrit en tout cas dans la droite lignée des déclarations de Meg Whitman, qui laisse entendre depuis bientôt un an l’intention de HP de revenir dans le monde des smartphones.