Les amateurs de photographie connaissent certainement Lytro. Ce dispositif lancé initialement en 2011 est connu pour sa capacité à réaliser la mise au point a posteriori, d’un simple clic sur la zone que l’on souhaite voir nette. Pourtant, l’appareil destiné à une poignée de passionnés par son prix et son encombrement pourrait fort trouver le chemin du grand public par un moyen simple : l’intégration d’une solution logicielle Android dans un appareil Lytro.

Lytro

Aujourd’hui, pour jouer avec la profondeur de champ, plusieurs solutions s’offrent à vous. Vous pouvez investir dans un reflex ou un compact numérique haut de gamme, ou jouer avec les solutions logicielles fournies par les fabricants de smartphones, et qui vous livrent des clichés à l’arrière-plan flouté avec plus ou moins de bonheur. Et si Lytro venait se placer juste entre les deux ?

Pour le moment, rares sont encore les appareils photo sous Android. Samsung et Nikon détiennent un quasi-monopole sur le secteur, avec des compacts au prix relativement élevé compte tenu de leurs performances. Lytro pourrait les rejoindre, selon Evleaks du moins, qui leake rarement à la légère. Selon lui, la marque plancherait actuellement sur un appareil photo doté à la fois de sa technologie et de l’OS Android, le tout étant prévu pour une sortie au « prochain trimestre« . Comprenez, dans le courant de l’été, ce qui nous donnerait une présentation très prochaine.

Côté technique, Lytro s’appuie sur un capteur plénoptique. Il consiste en un capteur abritant une myriade de micro-objectifs capable d’enregistrer la distance séparant les différents éléments de la composition photo. Après capture, il faut passer par le logiciel fourni par la marque pour cliquer sur la zone privilégiée pour la mise au point, où qu’elle soit dans l’image. L’intégration d’Android à un appareil équipé d’un tel capteur laisse entrevoir des possibilités d’édition des photos à la volée depuis l’appareil, puis de partage en WiFi sans passer par la case ordinateur. Un coup porté aux solutions logicielles de Samsung, Sony, HTC et même Google, bien qu’il faille rappeler que Lytro se concentrerait sur un appareil photo sous Android, et non sur un smartphone équipé d’un capteur de sa fabrication – rappelons à ce titre que certaines marques travaillent depuis plusieurs années sur des technologies similaires, sans application concrète dans des appareils commercialisés.

À l’heure actuelle, la dernière mouture de Lytro est loin de l’orientation grand public que l’on envisage ici. La marque a en effet dévoilé en début d’année un Lytro Illym, orienté haut de gamme et plutôt destiné aux photographes professionnels, et qui s’appuie déjà sur une version modifiée d’Android. On peut actuellement se le procurer au prix de 1599 euros.