Amazon ne se contente plus désormais de vendre. Son catalogue, entre livres, musique, films et autres produits de consommation courante, comprend ses appareils de la gamme Kindle. Après avoir lancé sa première liseuse, l’Américain s’est diversifié dans le domaine des tablettes tactiles avant de lancer, en juin dernier, son premier smartphone : le Fire Phone. La domotique pourrait être son prochain objectif.

Amazon

Pour concevoir ses propres appareils, Amazon s’appuie sur une large équipe de recherche, réunie dans un mystérieux Lab126. Actuellement composé d’environ 3000 employés, ce laboratoire californien, devrait, selon les informations de l’agence Reuters, gagner 27 % d’employés supplémentaires en cinq ans, pour atteindre les 3757 collaborateurs d’ici la fin de la décennie. C’est dans ces locaux que la firme de Jeff Bezos travaille sur les produits estampillés Amazon. Et pour étayer ses propos, Reuters s’appuie sur des documents administratifs publiés sur le site gouvernemental de la Californie, faisant état de 55 millions de dollars que la firme compte investir à Sunnyvale et Cupertino, où se trouve le Lab126 ; en échange, l’Étatde Californie devrait offrir une petite ristourne à la société en matière de taxes.

Selon l’agence de presse, qui s’appuie sur des sources internes, Amazon serait actuellement en cours de test d’objets de domotique, et viserait donc à accroître sa présence non plus seulement en mobilité, mais au domicile. À l’heure où la disponibilité croissante du thermostat Nest (désormais commercialisé en France) met un coup de projecteur sur ce type d’appareils connectés, Amazon plancherait sur des éléments à disposer dans la maison permettant de commander des produits – sur Amazon, évidemment – d’un simple clic. On pense par exemple à un bouton placé dans la buanderie pour mieux acheter des détergents en cas de manque. Toujours selon Reuters, Amazon serait également intéressé par le prêt-à-porter connecté ; on pense aux montres et autres trackers d’activités. À la maison ou au poignet de l’individu, l’e-commerçant semble bien parti pour continuer à proposer des produits électroniques maison, malgré un succès pour le moment mitigé de son Fire Phone, dont le prix a dû être amputé de 200 dollars deux mois seulement après sa sortie.