Le prochain smartphone de Meizu pourrait être proposé en trois versions. Cette fois, ce ne sont pas les composants qui changeraient mais le système d’exploitation.

meizu m1

La drôle de rumeur du jour. D’après certains médias, Meizu compterait commercialiser son M1 Mini, dit aussi Blue Charm, en trois versions logicielles. Le premier tournerait sous Ubuntu, le second sous Flyme OS, l’interface développée par Meizu, et la troisième sous YunOS, le logiciel développé par le géant de l’e-commerce chinois, Alibaba. C’est effectivement étrange de voir apparaître le nom d’Ubuntu Touch, lui qu’on croyait aux oubliettes du monde du smartphone. Une version sous YunOS serait par contre moins étonnante si un partenariat existe entre Alibaba et Meizu.

Dans le même temps, une supposée photo du mobile (ci-dessus) est apparue sur la toile, avec trois installations logicielles différentes. La première (milieu) est sous Android Stock, celle de gauche est sous Flyme OS, et celle de droite sous le fameux YunOS. En tout cas, on devrait obtenir quelques réponses sur cet appareil le 28 janvier prochain. C’est en effet la date choisie par le constructeur pour lever le voile sur un nouvel appareil, qui devrait justement être cette version Mini du M1.

Ce M1 Mini est attendue avec un écran HD de 5 pouces, un SoC MediaTek 64 bits, un appareil photo de 13 mégapixels, la compatibilité LTE, et un design très proche de celui de l’iPhone 5C. Son argument le plus flatteur pourrait même être son prix puisqu’il pourrait coûter environ 128 dollars.