Encore une rumeur sur le Snapdragon 810, mais cette fois-ci elle laisse entrevoir une fin plus heureuse pour le dernier né de Qualcomm. En effet, une nouvelle révision du processeur serait en préparation pour régler tous les problèmes rencontrés jusqu’à présent.

Snapdragon Qualcomm

Le feuilleton du Snapdragon 810 est loin d’être fini. Nouveau rebondissement : si l’on en croit un compte Weibo relayé par Fudzilla – un média qui a déjà été à l’origine de certaines fuites, mais pas toujours très fiables, une information à prendre donc avec des pincettes – Qualcomm et TSMC auraient réussi à résoudre les soucis rencontrés avec la nouvelle puce haut de gamme de l’entreprise de San Diego. Pour rappel, le Snapdragon 810 connaîtrait des problèmes de surchauffe qui affecteraient ses performances. Un problème pris au sérieux par Samsung qui ne devrait pas l’utiliser dans ses futurs appareils. À moins que la nouvelle révision parvienne à corriger tous les soucis rencontrés.

Pour mieux comprendre, il faut savoir que TSMC est le fondeur des puces de Qualcomm. Les ingénieurs du géant californien conçoivent les puces et demandent ensuite à l’entreprise taïwanaise de les produire sur ses chaînes de fabrication. Il est donc possible que les deux entreprises aient trouvé ensemble la cause du problème de surchauffe qui empêche au Snapdragon 810 d’être aussi performant qu’il devait l’être en théorie. Une problématique que nous avons d’ailleurs mise en avant lors de notre pré-test du LG G Flex 2.

Il semblerait que TSMC puisse faire sortir en masse de ses chaînes de fabrication la nouvelle révision du Snapdragon 810 à partir de la mi-mars. Il se pourrait même que la puce arrive plus tôt si TSMC met les bouchées doubles. C’est peut-être pour cette raison que certains grands constructeurs comme LG n’ont pas encore prévus de keynote lors du MWC. Certaines rumeurs évoquent même l’absence du Sony Xperia Z4 lors du salon. Il est donc possible que les constructeurs attendent patiemment un Snapdragon 810 parfaitement fonctionnel avant d’annoncer leurs flagships. On peut toutefois se poser la question pour le LG G Flex 2. Si celui-ci adopte la nouvelle révision du SoC lors de sa disponibilité, les premiers acheteurs qui se retrouvent avec la révision défectueuse pourrait bien avoir du mal à accepter la situation.