Microsoft pourrait faire l’acquisition d’AMD pour des raisons d’économies financières. Un investissement qui pourrait également voir Microsoft mettre un pied dans le monde matériel d’Android.

AMD K12

Mais par qui AMD va-t-il être racheté ? Le fabricant californien de semi-conducteurs, microprocesseurs et cartes graphiques, fait l’objet de nombreuses rumeurs de rachat ces derniers temps, et c’est cette fois Microsoft qui est évoqué comme potentiel acquéreur. D’après le site Kitguru, spécialisé dans l’actualité du hardware, et qui cite une source anonyme proche du dossier, « Microsoft aurait approché AMD il y a plusieurs mois » mais « le résultat des négociations est incertain ». Le principal intérêt de Microsoft avec cette manœuvre serait d’économiser sur le long terme l’achat des processeurs et puces graphiques qui équipent les Xbox, et qui coûteraient à la firme environ 100 dollars par console fabriquée. Mais une telle manœuvre pourrait également avoir des répercussions sur le monde du mobile.

En effet, l’entreprise avait fait savoir il y a plus d’un an qu’elle allait développer des processeurs ARM pour les smartphones et tablettes à partir de 2015. L’entreprise avait d’ailleurs fourni une feuille de route annonçant des puces Cortex-A57 pour 2015 et des puces ARM K12 pour 2016 mais l’entreprise a pris du retard et il est désormais question de 2017 pour les K12 et peut-être 2016 pour les Amur. Certaines rumeurs évoquent même la présence d’un GPU AMD dans les futurs SoC de MediaTek. Si Microsoft venait à mettre la main sur AMD, il bénéficierait de cette technologie matérielle et pourrait profiter du succès d’Android et notamment des processeurs MediaTek. Ce dernier pourrait effectivement vouloir remplacer ses GPU Mali par des GPU signés AMD. Il faut toutefois relativiser car AMD a des difficultés à s’implanter sur le marché mobile alors que le constructeur dispose déjà de puces dédiées aux tablettes qu’on ne trouve nulle part. À part si Microsoft souhaite bâtir son propre écosystème en intégrant les futurs SoC d’AMD dans ses Lumia, pour des téléphones un peu plus exclusifs, au lieu de passer par Qualcomm.

Il y a quelques jours, on évoquait la possibilité que ce soit Qualcomm qui essaie de s’emparer d’AMD, lui qui avait déjà racheté les puces Adreno en 2009 à ATI, une entreprise rachetée par la suite par AMD.