Foxconn, un groupe industriel taïwanaise qui conçoit une bonne partie des smartphones du marché, va offrir 5 milliards d’euros (625 000 000 000 yens) pour l’acquisition de Sharp.

Sharp

Sharp

L’opération est loin d’être conclue, mais les choses avancent, depuis les premières rumeurs datant de la fin décembre 2015. Foxconn, dont diverses sources indiquent l’intention d’acquérir la firme nippone Sharp, aurait annoncé dans la foulée son intention de ne pas remplacer la direction de l’entreprise. Un geste visant à rassurer les autorités japonaises, inquiètes au sujet d’une prise de contrôle de Sharp par une entreprise étrangère, selon le Wall Street Journal.

Les négociations pourraient durer longtemps, et les responsables gouvernementaux japonais ont déclaré à Reuters que leur préférence va à un acheteur japonais, dans la mesure où ils souhaitent que les technologies de Sharp restent japonaises.

Foxconn est devenu un géant avec l’avènement du smartphone et de la tablette. L’entreprise chinoise fournit des composants électroniques à des entreprises informatiques mondialement connues telles que Apple, Sony, Motorola, Dell, Microsoft, Amazon, Nintendo, Hewlett-Packard, Samsung Group, BlackBerry , LG Group, HTC, Acer, Asus, Lenovo, Huawei, Microsoft, ZTE… et bien d’autres. Elle exploite d’ailleurs la marque Nokia sous licence, et a sorti à ce titre une tablette notable, la N1, sortie l’an dernier.

L’autre solution pour Sharp consisterait à passer par les fonds japonais, qui envisagent de fusionner l’entreprise avec Toshiba. Sharp reste tout de même l’inventeur de l’écran plat et de la calculatrice électronique, même si ses parts de marché sont désormais beaucoup plus faibles qu’auparavant.