A Pessac, près de Bordeaux, une cliente avait décidé de changer d’opérateur suite à la perte de son emploi – pour alléger ses charges. Celle-ci a donc envoyé une lettre de résiliation en courrier recommandé, et a eu la bonne surprise de recevoir le courrier lui confirmant de la bonne réception de sa demande accompagné du montant dont elle devait s’acquitter pour mettre fin à la période d’engagement restante.

Vous plaisantez ? Non ?

Surprise ! Bouygues Telecom lui a réclamé à ce moment là : 11 millions de milliards d’euros de frais de résiliation (11 721 000 000 000 000,00 €euros). Vous avez bien lu. Cette somme devait sûrement contenir la dette de tous les pays Européens. Bien sûr, il s’agissait d’une erreur, néanmoins son premier coup de fil au support client a également été un nouvel étonnement : le conseiller lui a proposé de mettre en place un système de paiement en plusieurs fois. Une méthode infaillible pour avoir le meilleur taux de rétention… 😉

Il a fallu quelques jours à Bouygues Telecom pour réagir et reconnaître qu’il s’agissait d’une erreur « informatique », la somme était en réalité autour de 117 euros pour la résiliation. Bouygues Telecom a eu le « bon » geste de lui offrir – tout de même – ces frais. Néanmoins, si vous êtes dans le cas cette cliente, à priori la perte d’emploi fait partie des motifs de résiliation anticipée sans pénalités financières.

Une petite anecdote pour bien commencer la journée… Merci SudOuest !