Le Conseil de la Concurrence s’inquiète de la place des MVNO – opérateurs virtuels – dans un marché soumis à autant de pressions. Virgin Mobile, NRJ Mobile, La Poste Mobile… sont-ils en danger ?

Capture d’écran 2013-01-23 à 09.20.44

Dans un marché oligopolistique, les opérateurs mobiles virtuels ont permis au marché de se dynamiser bien avant l’arrivée de Free Mobile. Ils ont permis l’implémentation d’un mélange de marché spécifique, avec des marchés niches et ciblés, ils ont également permis aux trois opérateurs mobiles de générer des économies d’échelle, pour utiliser au mieux un réseau téléphonique existant, enfin ils ont permis de baisser globalement les prix. Aujourd’hui, ce sont 7 millions d’abonnés, soit 13 % des abonnés en France. Après plusieurs années de hausses, l’année 2012 a été marqué par une première « stabilisation ». 

Malheureusement, la guerre des prix que s’est lancée les quatre opérateurs mobiles ne facilitent pas les choses. Dernièrement, SFR a lancé une grosse offensive avec de nombreuses baisses de prix. Orange, Bouygues Telecom ou encore SFR ont lancé des offres low-cost (Sosh, B&YOU, RED ou encore Joe Mobile). De plus, l’arrivée du réseau de quatrième génération (4G) s’annonce compliquée pour les MVNO. Même si l’accès à cette technologie a été actée, les opérateurs « physiques » seront les premiers à lancer des offres auprès du grand public.

Pour les MVNO, quels sont les moyens de se protéger ?

Loin d’être défaitistes, les MVNO ont encore de nombreuses raisons d’y croire. Premièrement, l’Arcep précise (organisme de régulation du marché des telecom) devrait être bien plus pointilleux sur le respect des engagements pris par les opérateurs « physiques », afin « qu’aucune barrière technique ou tarifaire ne doit être artificiellement érigée par les opérateurs de réseau, au risque de désavantager les opérateurs mobiles virtuels dans la dynamique de la concurrence « . De plus, l’Autorité de la Concurrence va faciliter les accords d’itinérance multiple (multiroaming). Les FullMVNO tels que Virgin Mobile ou encore NRJ Mobile qui ont des accords avec différents opérateurs vont permettre aux abonnés de profiter de ces réseaux.

En effet, un client Virgin Mobile ou NRJ Mobile pourrait profiter « du meilleur » d’Orange et de SFR par exemple. Ce qui pourrait être un réel avantage concurrentiel des MVNO sur les opérateurs « physiques ». Le « multiroaming » va également permettre aux MVNO de négocier avec Free Mobile afin de mettre les pressions sur les autres opérateurs « physiques ».

Bref, comme vous pouvez vous en apercevoir : les MVNO ont encore raison d’y croire. Je leur conseille même de se focaliser sur les marchés de « niche ». En effet, il est bien plus facile de conquérir une cible de marché de niche avec des besoins spéciaux, que l’opérateur mobile classique ne peut obtenir. Par exemple, les tablettes tactiles qui ont peu « d’offres adaptées » à ce jour.