Le ministère de l’Économie et des Finances et l’Arcep incitent Free et Orange à signer un accord de mutualisation de leur réseau. Alors que SFR et Bouygues sont en pleine négociation, Free reste suspendu à la volonté d’Orange de partager ses infrastructures.

licence-4G-Arcep-Free-offre

À quand la fin de cet épisode tumultueux autour de la mutualisation des réseaux mobiles en France ? On vous annonçait il y a quelques jours que SFR et Bouygues étaient sur le point de franchir le pas afin de partager leur réseau. Free Mobile, le dernier né de la sphère télécom dans l’Hexagone, se retrouve face à face avec Orange, dont il est partenaire dans le cadre d’un accord d’itinérance qui lui permet d’utiliser le réseau d’Orange dans les zones qu’il ne couvre pas encore (2G/3G). Pour ce qui est de la mutualisation, l’opérateur de Xavier Niel pourrait encore attendre quelque temps, Orange n’ayant pour le moment pas envie de partager ses efforts avec d’autres”, selon son PDG, Stéphane Richard.

« Avec 4 opérateurs, l’industrie va mal »

Ce flottement n’est en tout cas pas du goût de Bercy et de l’Arcep, le régulateur national des télécoms, qui encouragent plutôt ce rapprochement entre Free et Orange. “Avec quatre opérateurs, l’industrie va mal, il faut donc consolider le marché. La mutualisation est le seul moyen d’y arriver sans braquer l’Autorité de la concurrence”, indique un observateur au quotidien Les Echos. “L’opération SFR-Bouygues change la dynamique entre Free et Orange, observe là aussi un proche du dossier. Alors qu’ils avaient été les premiers à se rapprocher avec l’itinérance, ils sont devenus le couple qui ne s’est pas choisi. On sent un flottement. »

Si Orange décide de poursuivre dans sa réticence, Free pourrait à son tour se tourner vers le couple SFR-Bouygues pour signer un accord de mutualisation avec celui-ci. Cela pourrait même entraîner la rupture de l’accord d’itinérance en vigueur entre le premier et le dernier opérateur en France. Un accord qui pourrait lui aussi profiter au couple SFR-Bouygues Telecom. Il ne faut toutefois pas se leurrer : on a du mal à croire qu’Orange laissera passer cette occasion sans agir. Un accord avec Free pourrait donc survenir au dernier moment.

Bouygues couvrira 63 % de la population en 4G

Quoi qu’il en soit, la mutualisation des réseaux permettrait aux opérateurs de réduire leurs coûts. Cette évolution devrait porter ses fruits, au moment où le déploiement de la 4G est imminent par l’ensemble des opérateurs de la place. En attendant, Bouygues a frappé très fort hier en annonçant que 63 % de la population serait couverte par la 4G dès le premier octobre, contrairement à ses concurrents qui n’évoquent qu’un pourcentage de 40 %. Ce n’est pas tout. Bouygues a également annoncé un mois de 4G et des cartes SIM gratuits à ses clients ainsi qu’à ceux de l’ensemble de ses concurrents pour qu’ils puissent tester son réseau !