Orange vient de donner deux contrats à l’équipementier français Alcatel-Lucent, en difficulté financière depuis quelques temps. L’appel à la solidarité nationale a visiblement été entendu.

Alcatel-Lucent

Alcatel-Lucent, équipementier français en télécoms, va enfin pouvoir souffler. L’entreprise, qui a annoncé la semaine dernière un plan social visant à supprimer 900 postes en France (10 000 dans le monde), avait reçu le soutien de Fleur Pellerin, ministre de l’Économie numérique, dont l’appel avait été rejoint par celui d’Arnaud Montebourg, deux jours plus tard. Cette appel au patriotisme a visiblement porté ses fruits puisque l’équipementier a remporté deux contrats avec Orange, selon BFM Business.

Ces contrats concernent d’abord les “small cells”, des dispositifs qui permettent de réduire le nombre d’antennes, mais également le “big data”, une technologie permettant d’analyser les bases de données d’Orange.

Ces deux contrats permettront à 200 ingénieurs d’être relocalisés à Lannion en Bretagne, connue pour être la “Sillicon Valley des télécoms”. C’est Orange qui a souhaité que les ingénieurs soient à proximité de leur centre de R&D situé à Lannion. L’opérateur aurait même accepté de payer plus cher pour que cette option soit mise en place.

Rappelons toutefois que la signature de ces deux contrats entre Orange et Alcatel-Lucent n’est pas fortuite. L’opérateur est en effet un partenaire historique de l’équipementier. Free et Bouygues, également appelés à la “solidarité nationale”, “n’ont rien d’Alcatel-Lucent dans le mobile”, avait assuré Fleur Pellerin la semaine dernière. SFR, quant à lui, utilise “faiblement” du matériel d’Alactel-Lucent dans ses réseaux mobiles.