Il faut bien que cela arrive de temps en temps, mais l’omniprésence des réseaux sociaux donne une visibilité accrue à ce type de dysfonctionnement… Ce matin, une partie de l’Île de France subissait une panne de réseau SFR, actuellement en cours de rétablissement. Un exercice périlleux pour les gestionnaires de communautés en ligne !

SFR

Les incidents réseaux sont rares, mais quand ils touchent des zones particulièrement denses en populations, la grogne se fait rapidement sentir sur la toile. Ce matin, c’était SFR qui était malgré lui sous les feux de la rampe, la faute à une panne touchant ses antennes dans les départements d’Île de France suivant : les 77, 78, 91, 93 et 94, soit la couronne entourant la capitale.

Certains membres du réseau social Twitter indiquent avoir subi la panne dès (presque) l’aube, soit vers 8h30 :

Le service après-vente SFR a dû faire face à l’assaut de clients franciliens mécontents, dont certains dans des cas visiblement plus délicats que d’autres…

Malgré les excuses de l’opérateur, les commentaires de mécontents ont fleuri par la suite :

Il faut tout de même rappeler qu’aucun réseau n’est infaillible. Les abonnés Free Mobile gardent certainement en mémoire les déboires du quatrième opérateur hexagonal en mars 2012, quand des interruptions de réseau se sont multipliées sur la toile, suscitant alors la méfiance de ses nouveaux abonnés. De même SFR, s’il assure une couverture réseau parmi les plus qualitatives de l’Hexagone, n’est pas à l’abri de pannes de réseau, celle de ce matin étant en cours de résolution. Depuis environ 12h30, les abonnés subissant un dysfonctionnement les empêchant de passer des appels et d’envoyer des messages semblent retrouver peu à peu le chemin de la connexion réseau. Pour vérifier si le service a bien été rétabli, il leur suffit d’éteindre puis de rallumer leur appareil.

Il y a tout juste un mois, l’UFC Que Choisir publiait son baromètre des opérateurs français. SFR y obtenait la quatrième place, derrière Orange, son opérateur en ligne Sosh, et Free Mobile, les critères s’appuyant sur le taux de couverture 2G/3G, la satisfaction client et le taux de litiges. Et vous, êtes-vous satisfait de votre opérateur ?

UFC Que Choisir