Après la proposition d’Altice (Numericable), Vivendi va devoir étudier un nouveau dossier : celui de Bouygues Telecom. Martin Bouygues a ficelé un gros dossier afin de répondre à toutes les problématiques soulevées par cette acquisition. Le duo Bouy­gues Telecom-SFR serait le nouveau numéro 1 français avec une part de marché potentiellement supérieure à 46 % dans le mobile.

martin-bouygues-5_4645808 Martin Bouygues

Sur le papier, la proposition de Bouygues Telecom est la plus sérieuse : une valorisation à 15 milliards de dollars (avec rachat des dettes de SFR) ainsi qu’une participation au capital du nouvel ensemble supérieure à 40 % pour Vivendi (contre 32 % offerts par Numericable)… Bouygues Telecom serait à la tête de ce géant avec plus de 50 % du capital. Le financement de cette opération serait assuré par des emprunts, sans toucher aux fonds du groupe Bouygues.

Qu’est-ce que l’on y gagne ?

Premièrement, le duo pourrait économiser plus d’un milliard de dollars grâce à la mise en commun des réseaux mobiles, de leurs boutiques physiques, de leurs services en ligne, des achats… Ils seraient également obligés de se séparer de quelques actifs, dont des bandes de fréquences. Une aubaine pour Free. Enfin, le marché des telecoms pourrait souffler avec une ré-augmentation des marges, et donc des bénéfices.

Cette hypothèse permettrait de passer de 4 opérateurs mobiles à 3 en France, en donnant naissance à un potentiel acteur « de taille européenne« .

C’est à Vivendi, propriétaire de SFR, de faire son choix désormais. Vous pariez sur qui ? Altice (Numericable) ou Bouygues Telecom ?