Ces derniers jours, des rumeurs circulaient sur la volonté de Bouygues Telecom d’annoncer un plan de réduction des effectifs. C’est désormais officiel et l’opérateur vient de faire savoir par communiqué de presse que 1516 collaborateurs seront remerciés à terme.

Bouygues Telecom

Ça y est, c’est officiel : en difficulté sur le marché de la téléphonie mobile avec une perte opérationnelle de 19 millions d’euros au premier trimestre, Bouygues Telecom vient d’annoncer son plan de restructuration pour les années à venir. Celui-ci devrait être assez mal reçu par les salariés du groupe puisque ce sont en tout 1 516 emplois qui seront supprimés (environ 17% des effectifs). Le réseau de boutiques ne sera pas touché par cette réduction d’effectifs. Bouygues Telecom précise que les départs volontaires et les reclassements seront privilégiés et l’entreprise laisse donc ouverte la possibilité des départs forcés. Ce plan d’accompagnement fera l’objet d’une négociation avec les partenaires sociaux.

3 axes, un avenir autonome

Bouygues Telecom annonce que le plan de transformation permettra à l’entreprise de devenir autonome. Une manière indirecte d’annoncer qu’elle ne se laissera pas racheter par Orange ou Free comme certaines informations ont pu le laisser entendre ces dernières semaines ? Quoi qu’il en soit, ce plan passe par trois axes :

  • poursuivre le développement du réseau 4G en France pour maintenir la première place de Bouygues Telecom sur le très haut débit mobile
  • proposer des nouvelles offres Internet et téléphonie fixe à des prix agressifs pour « renouveler le standard des prix des Box haut et très haut débit »
  • un engagement plus fort au service des clients avec le renforcement et la modernisation du réseau de boutiques

Une concurrence de toute part

Bouygues Telecom aura fort à faire si l’entreprise souhaite rester compétitive face aux autres poids lourds du secteur. En effet, le rachat de SFR par Numericable place ce nouveau duo à la deuxième place en terme de clients Internet et mobile, derrière Orange. Free de son côté possède une base solide de clients Internet et est toujours en croissance sur le mobile et possède encore son accord d’itinérance avec Orange jusqu’en 2018. Bouygues Telecom possède lui un accord de mutualisation avec SFR pour le réseau mobile mais on ne sait pas trop s’il est toujours d’actualité suite au rachat de SFR par Numericable. D’autant plus que l’accord profiterait plus à SFR sur la 4G puisqu’il dispose d’un réseau peu étendu pour le moment.

Il faudra donc attendre un peu avant de connaître les intentions de chacun et notamment celle d’Orange vis à vis de Bouygues Telecom. Un rachat de ce dernier par l’opérateur historique pourrait lui donner une bouffée d’air frais, mais Martin Bouygues n’a pas l’air de vouloir laisser sa filiale des télécoms…à moins de vouloir revendre une entreprise plus rentable économiquement.