Orange vient d’annoncer que son réseau 4G couvre désormais 65 % de la population. Il y a un mois, Orange indiquait couvrir 60 % de la population française. Une belle remontée face à Bouygues Telecom qui couvre actuellement 69 % de la population. Orange pourrait bien dépasser son concurrent cet été.

Orange 4G 65

Il y a un mois jour pour jour, Orange annonçait couvrir 60 % de la population française en 4G. En un mois, l’opérateur historique a réussi à rajouter suffisamment d’antennes pour porter ce chiffre à 65 %. Comme nous l’avions vu avec les données de l’ANFR, Orange a dépassé Bouygues Telecom au mois de mai en nombre total de supports 4G déployés. Bouygues Telecom, pour sa part, avait annoncé en mars dernier couvrir 69 % de la population. Etant donné que son nombre d’antennes déployées n’a pas beaucoup augmenté depuis le mois de mars, on peut supposer que Bouygues Telecom est toujours aux alentours de 70 % de population couverte. D’autant plus que les derniers pourcentages de population à couvrir sont les plus difficiles à obtenir puisqu’il faut alors déployer de nombreuses antennes pour couvrir des petites villes, voire des villages.

Si Orange continue ses efforts, l’opérateur pourrait bien dépasser Bouygues Telecom pendant l’été. Au début du mois de juillet, l’ANFR publiera les données des supports 4G déployés et nous devrions alors voir une forte hausse pour Orange. Nous pourrons également voir si Bouygues Telecom a remis la machine en marche ou si son déploiement est toujours en pause

Sur le terrain de la 4G+

La guerre des opérateurs a donc lieu en ce moment sur le front de la 4G, que ce soit avec la couverture mais également avec les débits. Bouygues Telecom vient de mettre en service son réseau 4G+ LTE-Advanced avec des débits jusqu’à 220 Mbps. Orange compte lui aussi lancer son réseau 4G+ cet été, au mois de juillet, avec des débits avoisinant les 225 Mbps. Comme l’expliquait Luc-Aurélien dans son dossier consacré au déploiement de la 4G+ par Orange, le taux de couverture ne sera pas forcément le même puisqu’il faut que les relais d’antennes supportent l’agrégation de plusieurs bandes de fréquences nécessaire à la 4G+.