Voilà maintenant six mois que les opérateurs se livrent à une course effrénée dans le déploiement des antennes 4G. Mais après une période de croissance rapide notamment chez l’opérateur historique, ce déploiement semble ralentir. C’est du moins ce que laisse entendre le dernier rapport de l’Agence Nationale des Fréquences, qui livre aujourd’hui ses conclusions pour le mois de juillet.

4G

Dans sa globalité, le nombre d’antennes 4G a moins augmenté entre juin et juillet qu’entre mai et juin. De fait, alors que l’on notait une augmentation du nombre d’antennes de l’ordre de 4,5 % durant la précédente période, le rapport de l’ANFR bouclé au 1er juillet fait état d’une croissance de seulement 2,5 % au mois de juin. Sur le territoire français, 16029 sites sont ainsi été autorisés par l’agence des fréquences, qui enregistre la plus forte augmentation sur les fréquences 800 MHz, quand les 1800 MHz sont presque au point mort.

Si l’on observe l’évolution des quatre opérateurs, on remarque d’emblée que le premier d’entre eux, Orange, se contente de 112 nouveaux supports activés en un mois. Durant le mois de mai, il avait pourtant enregistré une croissance de plus de 400 antennes. Un régime pour commencer l’été que subit également ses concurrents. À commencer par Bouygues Telecom, qui passe de 6083 à 6105 antennes en un mois. SFR, lui, propose 99 nouveaux supports, pour un total s’établissant à 1774 sites actifs, et Free Mobile en gagne 51. En tout, 13590 supports 4G sont actifs sur le territoire hexagonal, contre 13382 un mois plus tôt.

Le coude-à-coude

Cette relative stabilité intervient après une période assez agitée du côté des opérateurs. SFR, dont le rachat par Numericable a été confirmé, sort légèrement la tête de l’eau, quand le mois de juin a été passé en négociations entre Bouygues Telecom et Orange pour le rachat du premier par le second. Les négociations n’ont pas abouti, ce qui surprend peu, au vu de la compétition que se sont livrée les deux acteurs télécoms. On a ainsi pu voir Orange annoncer une couverture de 69 % du territoire hexagonal en 4G cette semaine. Bouygues Telecom, qui proposait la même couverture depuis plusieurs semaines, a riposté dans la foulée, annonçant couvrir… 70 % de la population, soit 44 millions de Français concernés.

Mais dans la course à l’échalote, Bouygues, qui a démarré très fort au premier octobre 2013, croît aujourd’hui lentement, tandis que l’opérateur historique continue sa montée en puissance sur le segment de la 4G. Rappelons que courant juin, Orange indiquait ne couvrir « que » 65 % de la population française en 4G et qu’en mai, il en couvrait 60 %. Gageons que l’été permettra de dégager un vainqueur provisoire de ce marathon 4G. Une question reste toutefois en suspens : une fois Bouygues clairement dépassé, Orange conservera-t-il une politique de déploiement des antennes 4G aussi agressive ?