Au mois de mars, l’ARCEP avait lancé une consultation publique pour autorise l’utilisation des réseaux 3G et 4G au sein des avions. La consultation a pris fin il y a quelques semaines et le gendarme des télécoms français vient d’autoriser officiellement les compagnies aériennes à proposer des services 3G et 4G en cours de vol dans l’espace aérien français.

3G avion

D’ici quelque temps, il sera possible d’utiliser des réseaux 3G et 4G lors d’un voyage en avion. Suite à la consultation publique menée au mois de mars, l’ARCEP vient en effet d’autoriser les compagnies aériennes à déployer dans leurs avions des antennes 3G et 4G pour proposer des connexions haut débit aux voyageurs. L’une des limitations, c’est le fait de pouvoir allumer les stations relais 3G et 4G uniquement au-delà d’une altitude de 3000 mètres au-dessus du sol pour éviter de brouiller les communications au sol et les phases de décollage et d’atterrissage.

Un support partiel des fréquences

L’autre limitation porte sur les fréquences utilisées puisque pour la 4G, la seule bande de fréquence autorisée est celle des 1800 MHz utilisée par Bouygues Telecom. On oublie donc les bandes des 800 et des 2600 MHz utilisée par les autres opérateurs français. Concernant la 3G, il faudra uniquement compter sur la bande des 2100 MHz au détriment de la bande des 900 MHz. Certains de nos confrères ont indiqué que la 4G ne sera donc pas compatible avec les clients d’un opérateur autre que Bouygues Telecom. Dans les faits, ce ne sera pas le cas et le simple fait de détenir un mobile compatible avec cette bande de fréquence permettra de se connecter à la station relai, quel que soit son opérateur mobile « au sol ». L’explication tient au fonctionnement des réseaux mobiles au sein des avions.

Des offres commerciales proposées par les compagnies aériennes

L’antenne relai appartient en fait à la compagnie aérienne qui pourra proposer des offres commerciales à ses voyageurs. Quel que soit l’opérateur du client, le téléphone se connectera à l’antenne relai de la même façon. Ensuite, l’antenne relai communique avec le sol via des satellites. Les communications passées lors de la durée du vol ne seront donc pas décomptées du forfait de son opérateur, mais directement de l’offre proposé par la compagnie aérienne. Celle-ci sera donc libre de fixer ses tarifs et les modalités de ses offres. Il faut maintenant attendre la publication de leurs conditions tarifaires…