C’est presque une habitude dans lors du rachat d’un opérateur téléphonique, les coups de théâtre surviennent toujours dans les moments critiques. Après l’annonce du rejet de l’offre d’Iliad pour le rachat de T-Mobile, hier soir, Sprint, l’autre opérateur qui voulait mettre la main sur T-Mobile, a annoncé ce matin qu’il renonçait à l’acquisition. Une ouverture pour la proposition d’Iliad ?

T-Mobile

 

L’offre de rachat d’Iliad rejetée par Deutsche Telekom

Le rachat de T-Mobile a pris une tout autre tournure durant la nuit. Hier, en début de soirée, nous apprenions en effet que Deutsche Telekom, la maison-mère de l’opérateur américain T-Mobile, s’apprêtait à rejeter aujourd’hui ou demain l’offre d’Iliad, qu’elle jugeait trop faible par rapport à la proposition de l’opérateur américain Sprint, détenu en majorité par le Japonais SoftBank. Iliad proposait en effet 33 dollars par action alors que Sprint et SoftBank en proposaient 40. Deutsche Telekom considérait alors l’offre d’Iliad bien trop faible par rapport à sa concurrente pour être prise en compte.

Selon les informations recueillies par Le Figaro, Xavier Niel se préparait alors à faire une nouvelle offre avec de nouveaux partenaires. Mais tout cela, c’était avant l’annonce qui s’est produite il y a quelques heures : Sprint et SoftBank ont décidé de renoncer au rachat de T-Mobile, purement et simplement. La raison n’est pas tant économique que juridique. Le Wall Street Journal, le premier média à avoir obtenu l’information, pense savoir que les dirigeants de Sprint estiment qu’avoir l’accord des des autorités de la concurrence aurait été trop compliqué à obtenir en cas de fusion entre Sprint et T-Mobile.

Sprint se retire de la course, trop risquée

Selon les analystes consultés par le Wall Street Journal, les autorités de régulation de la concurrence ne sont pas très favorables au passage de quatre à trois opérateurs sur le territoire américain. Le constat des ces autorités est simple : les États-Unis fait partie des pays dont le prix des forfaits téléphoniques sont les plus élevés au monde. Le passage à trois opérateurs n’aurait alors pas permis de faire baisser les prix. Un point de vue que conteste Sprint, qui constate de son côté que AT&T et Verizon, les deux principaux opérateurs américains détiennent plus de 70 % du marché. L’arrivée d’un troisième opérateur mobile doté d’une taille critique (issu de la fusion entre Sprint et T-Mobile) lui aurait permis de posséder un nombre d’abonnés suffisant pour peser sur la concurrence et faire baisser les prix. Quoi qu’il en soit, Sprint va devoir continuer seul en tant que troisième opérateur du pays et, comme pour Bouygues Telecom chez nous, tenter de survivre avec un nombre d’abonnés relativement faible.

Une opportunité pour Iliad

Le retrait de Sprint est toutefois une excellente nouvelle pour Iliad. À court terme, cela ne changera pas la décision de Deutsche Telekom de rejeter la proposition de rachat de Xavier Niel, toujours jugée trop faible. Mais si Iliad revient avec une nouvelle offre plus importante, alors le quatrième opérateur français sera en position de force pour ce rachat. Le Figaro pense savoir que Iliad est actuellement en train de démarcher de nouveaux investisseurs tels que Dish Networks, Cox Communications et Charter Communications, des câblo-opérateurs et des opérateurs satellites américains qui désirent s’implanter sur le marché mobile du pays. Deux anciens investisseurs de l’offre de rachat de SFR par Bouygues Telecom, Ontario Teachers Pension Plan et le fonds souverain Government of Singapore Investment Corporation sont actuellement en discussions avec Iliad pour appuyer son offre.

On devrait en apprendre un peu plus aujourd’hui et demain. D’une part Sprint et SoftBank devrait annoncer officiellement leur retrait de l’offre de rachat de Sprint et d’autre part Deutsche Telekom annoncera ses résultats financiers pour le second trimestre de l’année. La société allemande devrait profiter de ces annonces pour faire le point sur les offres de rachat de sa filiale américaine et rejeter officiellement la première offre d’Iliad. En d’autres termes, il y a de bonnes chances de voir d’autres coups de théâtre éclater dans les prochains jours et dans les prochaines semaines.