La Banque publique d’investissement (Bpifrance), l’organisme d’aide au développement des entreprises, vient de céder 50 millions d’actions (à 11,6 euros par action) soit 1,9 % du capital d’Orange.

2014-09-30T180603Z_1007140001_LYNXNPEA8T0U9_RTROPTP_3_OFRIN-BPI-FRANCE-ORANGE_original

L’Etat détient toujours 11,6 % du capital et des droits de vote, avec le souhait de rester un « actionnaire significatif » d’Orange.

« Il n’y aura pas de modification du pacte d’actionnaires liant l’Agence des Participations de l’Etat et Bpifrance Participations qui, à la suite de la transaction, détiendront conjointement plus de 25 % du capital d’Orange et demeureront les premiers actionnaires de la société » .

Pour rappel, en 2007, l’Etat avait cédé 5 % du capital d’Orange – c’était la fin de la minorité de blocage de l’État français chez Orange (ex-France Telecom).

Les syndicats ont réagit très rapidement suite à cette annonce. De son côté, la CFDT n’a pas hésité à dénoncer un « un manque de vision stratégique à long terme de l’Etat au profit d’une opération ponctuelle et strictement financière ». Quant à Sud, il « s’inquiète du désengagement de l’Etat et de son irresponsabilité pour l’avenir des télécommunications ».