Alors que les réseaux mobiles très haut débit 4G n’ont pas encore fini d’évoluer, les industriels et opérateurs préparent activement l’arrivée de la 5G. Ne soyez pas pressés, on ne l’attend pas avant 2019 au mieux. Orange est pour le moment le seul opérateur français engagé dans un partenariat public-privé pour la mise en place de la 5G. L’organisme vient d’avancer quelques chiffres intéressants.

5G-PPP

Le 5G-PPP est un groupement (partenariat public-privé) qui réunit des organismes, entreprises et opérateurs pour trouver des solutions techniques et commerciales pour la mise en place de la 5G. Un calendrier est d’ailleurs déjà prévu puisque les spécifications de la norme devront être rendues publiques en 2017 ou 2018 pour un déploiement commercial en 2019 / 2020. Pour le moment, les opérateurs sont en pleine mise en place de la 4G voire de la 4G+ pour certains, mais cela ne les empêche pas de voir un peu plus loin. C’est le cas d’Orange qui est présent dans le partenariat à travers sa filiale Orange Labs (l’ancienne branche R&D de France Telecom). Le groupement vient de sortir de l’ombre en faisant une annonce concernant la 5G.

Si aucun débit n’a encore été annoncé, le groupement parle d’une capacité sans-fil 1000 fois supérieure à l’actuelle. Un chiffre assez flou qui peut très bien faire référence aux débits, mais également à la capacité des antennes en termes de connexions simultanées. D’ailleurs, à travers le monde, 7 milliards de personnes devraient être connectées à la 5G par l’intermédiaire de 7 000 milliards d’objets connectés, rien que ça ! La 5G permettrait également de réduire les consommations énergétiques du réseau de 90 %. De quoi permettre d’augmenter encore un peu l’autonomie des smartphones ? Enfin, l’accent sera mis sur la disponibilité du service pour éviter les coupures de réseau, mais également réduire le temps nécessaire à la création d’un nouveau numéro sur le réseau.

Banner-01

Bref, des nouveautés qui seront appréciables, mais il faudra encore attendre de nombreuses années. D’ici là, les constructeurs de smartphones auront le temps d’intégrer des modems 5G pour supporter ces futurs réseaux. Notons au passage qu’il est possible que la 5G débouche sur des réseaux un peu plus homogènes au niveau international avec une réduction du nombre de bandes de fréquences. En effet, l’Union européenne et la Corée du Sud ont signé cet été un accord pour homogénéiser les fréquences utilisées. Ajoutez à cela un roaming de moins en moins cher et vous obtenez un réseau mobile international qui devrait être très pratique avec des conditions d’utilisation à l’étranger quasi similaires à celle du pays d’origine.