Le Show Hello d’Orange, organisé en fin de semaine dernière, était l’occasion pour Stéphane Richard de présenter la feuille de route de l’opérateur pour les prochains mois. En marge de l’événement, ses offres mobiles ont été légèrement revues, avec des améliorations… compensées par la suppression de l’offre Deezer incluse aux offres Origami.[/chapo]

Deezer Orange

Les formules Origami d’Orange, assez onéreuses puisqu’il s’agit des forfaits « classiques », avec ou sans SIM et pouvant monter jusqu’à des tarifs dépassant les 70 euros, sont dotées d’une offre complète. Des SMS/MMS illimités, des appels illimités eux aussi, de la 4G… il y en a pour tous les goûts. De récents ajouts avaient autorisé les clients Orange à surfer sur Internet en Europe entre 7 et 60 jours par an : une restriction qui vient d’être levée, comme cela a été le cas chez Sosh. Les abonnés Origami peuvent désormais profiter de leur data européenne 365 jours par an, du moins pour ceux qui ont souscrit à une formule Origami Play ou Origami Jet. Le reste de l’offre ne change pas, avec 3 Go accessibles durant l’année. Détail supplémentaire : aux SMS illimités depuis l’Europe s’ajoute 3h d’appels, là aussi sur une période d’un an. Cela concerne également les offres Origami Play et Jet.

Deezer premium + inclus, c’est fini

Si le roaming en Europe s’améliore chez Orange, l’aspect musical de l’offre perd sérieusement de l’attrait au passage. Les clients actuels aux offres Origami (Jet et Play) conserveront en effet leur option Deezer Premium + gratuitement, tandis que les nouveaux clients ne la verront plus sur leur facture, l’opérateur ayant tout bonnement supprimé ce bonus équivalent à 10 euros mensuels de ses formules mobiles. L’abonnement Deezer fait ainsi désormais partie des options multimédias proposées par Orange, et passe au tarif standard de 9,99 euros par mois (5 euros pendant deux mois). Pour expliquer ce revirement, alors même qu’Orange disposait d’une arme de choix pour contrer les offres SFR (qui mise sur Napster dans ses formules Carrées), on se rappellera qu’en septembre dernier, le service de straming musical Qobuz, en difficultés financières, songeait sérieusement à saisir l’autorité de la concurrence, justement au sujet de l’accord liant Orange et Deezer. Il laissait entendre que leur partenariat créait une « distorsion de concurrence ». Autant dire que la dernière évolution en date des forfaits Origami simplifie l’affaire.