Comme chaque début de mois, l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) publie aujourd’hui ses observations sur le déploiement de la 4G en France. La frénésie de l’été semble avoir été engourdie par les premiers froids, hormis chez SFR. On constate toutefois une légère croissance du nombre d’antennes 4G, tous opérateurs confondus.

ANFR

La croissance du nombre d’antennes en septembre avait été bien maigre, la faute à un possible mercato des opérateurs ayant gelé les mouvements de l’ensemble des opérateurs. Au 1er octobre, la croissance globale des antennes 4G avait plafonné à 2,2 % tandis qu’au 1er novembre, elle atteint les 3,3 % sur quatre semaines. Si l’on confronte les chiffres de novembre à ceux d’octobre, on constate que seul SFR présente une croissance substantielle de son nombre de supports 4G, puisqu’il passe de 2141 supports 4G à 2522 supports. Free Mobile passe de 1538 sites actifs à 1694 supports, quand Orange et Bouygues Telecom gagnent respectivement 120 et 180 supports. On constate en outre que la bande des 2,6 GHz et celle des 800 MHz bénéficient principalement de cette croissance (+3,6 % chacune), tandis que la bande 1800 MHz stagne avec un petit +0,6 % de croissance en termes d’autorisations d’installation d’antennes 4G. Au total, 585 nouveaux supports 4G (certains étant partagés par plusieurs opérateurs) ont été mis en service entre le début octobre et le début novembre.

La croissance des supports 4G chez SFR fait suite à l’étude estivale publiée par l’ARCEP, qui épinglait le taux de couverture 4G assuré par l’opérateur au carré rouge. Depuis lors, il semble mettre les bouchées doubles sur ce secteur, d’autant plus qu’il vient d’allumer ses premières antennes 4G+ à Toulon, succédant aux premières villes couvertes par Orange et Bouygues Télécom depuis l’été. On constate également que Free, toutes proportions gardées, à atteint un bon rythme qu’il semble conserver de mois en mois, bien qu’il soit encore loin des scores affichés par ses concurrents.