L’accord de mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom revient sur le devant de la scène depuis ce week-end. En effet, certains clients de l’opérateur SFR peuvent désormais profiter des antennes 4G de Bouygues Telecom sur la bande des 1800 MHz. Une situation qui n’était pas censée être possible.

Bouygues SFR

En janvier dernier, SFR et Bouygues Telecom avaient conclu un accord de mutualisation de leurs réseaux mobiles respectifs. Le nouveau réseau partagé est en train d’être déployé sur une zone correspondant à 57% de la population (rouge et bleu sur la carte). Au départ, ce nouveau réseau partagé devait uniquement permettre de partager les sites radio et non pas les antennes et les bandes de fréquence. Or, certains utilisateurs sur Twitter font état depuis ce week-end de la possibilité de se connecter à la 4G SFR avec un appareil (iPad Mini) uniquement compatible avec la bande des 1800 MHz. Cette dernière est uniquement utilisée par Bouygues Telecom, ce qui prouve que SFR bénéficie des antennes de Bouygues Telecom et non pas seulement des sites radio.

Cette information n’est pas tellement étonnante puisqu’en juin dernier, le journal Les Echos indiquait que l’accord de mutualisation entre les deux opérateurs comportait surement une clause relative à l’accès à la bande des 1800 MHz pour SFR. Pourtant, l’ARCEP a clairement indiqué que si c’était le cas, le gendarme des télécoms pourrait prendre des mesures fortes comme la suspension des travaux de mutualisation ou encore infliger une amende aux deux opérateurs. Contacté par nos confrères du site NextInpact, Bouygues Telecom a confirmé que certains clients de SFR avaient bien accès à la bande des 1800 MHz.

C’est une bonne nouvelle à court terme pour les clients de SFR puisque l’opérateur au carré rouge ne dispose pas d’un réseau 4G très étendu. L’accès aux antennes émettant sur la bande des 1800 MHz devrait permettre de bénéficier d’une couverture 4G plus étendue (en dehors des agglomérations de plus de 200 000 habitants : les zones grises sur la carte). Espérons que pendant ce temps, SFR pourra développer son réseau 4G et non pas se reposer sur la mutualisation avec Bouygues Telecom. Les rumeurs indiquent que cet accord a été conclu pour une durée minimale de 2 ans, obligeant alors SFR à carburer pour le déploiement des antennes 4G.