Lors de la présentation de ses vœux, Stéphane Richard, DG d’Orange, a fait part de son mécontentement face à la procédure d’attribution de la bande 700 MHz pour la 4G en France. En effet, selon lui, l’État aurait trop anticipé l’opération.

antenne-4G-5

La bande 700 MHz sera attribuée aux opérateurs mobiles en France en décembre 2015 comme nous l’avait appris Manuel Valls le mois dernier. Elle servira à augmenter les capacités des opérateurs pour leur réseau 4G, que ce soit pour accroître la portée et la pénétration dans les bâtiment (grâce à sa fréquence plus faible) mais aussi pour l’agréger avec d’autres fréquences pour faire de la 4G+ pour des débits plus élevés. Si Free Mobile est impatient de voir arriver cette nouvelle bande de fréquences – puisque l’opérateur ne dispose que d’une partie de la bande 2600 MHz – ce n’est pas le cas d’Orange.

En effet, l’opérateur a fait savoir par la voix de son DG que la procédure d’attribution de la bande 700 MHz intervenait trop tôt. Selon lui, ces nouvelles fréquences ne seront pas utillisées avant plusieurs années alors que la vente aux enchères devrait avoir lieu à la fin de l’année 2015. Il compare donc les opérateurs aux banquiers de l’État. Il est vrai que les opérateurs sont actuellement bien garnis en fréquences, à part Free Mobile.

L’attribution de la bande 700 MHz divise également du côté des politiques. En effet, l’opposition est récemment montée au créneau sur le sujet. Elle avance les mêmes arguments qu’Orange en marge d’arguments plus classique dans le dossier. Bruno Retailleau cite ainsi les problématiques liées à la TNT mais aussi, plus intéressant, un problème d’investissement dans la fibre pour le Très Haut Débit. Les opérateurs devront dépenser pas moins de 2 milliards d’euros au total pour acquérir la bande 700 MHz. C’est une somme qui ne sera pas dédiée à la fibre optique, un domaine dans lequel la France est très en retard.