Les échéances ont maintes et maintes fois changé. Il n’empêche que la RATP en est cette fois certaine : les lignes A du RER et 1 du métro seront équipées en 3G et 4G avant la fin de l’année.

229810_le-siege-de-la-ratp-a-paris

Déjà en 2013, la RATP annonçait la couverture prochaine de ses lignes de métro d’ici la fin de l’année 2015, précisant que la ligne 1 et la ligne A du RER seraient les premières bénéficiaires de cette extension du réseau mobile 3G et 4G dans les entrailles de Paris. Orange indiquait alors que « d’ici 2015, 170 stations du réseau seront connectées, proposant ainsi un service Internet mobile à 75 % des voyageurs du réseau RATP ». Les faits contredisent l’opérateur qui, comme SFR en 2012, puis Bouygues Telecom la même année et enfin Free Mobile fin 2014, a signé un accord avec la régie des transports parisiens pour le déploiement de ces réseaux dans les couloirs du métro. Tous visent une couverture des 16 lignes de métro (n’oublions pas les 3bis et 7bis) ainsi que des tronçons du RER A et B gérés par la RATP. En tout, plus de 200 kilomètres de métro sont concernés, émaillés de quelque 300 stations, ainsi que les tronçons du RER que ne gère pas la SNCF.

C’en est fini de la fin de l’année 2016 comme date butoir pour le déploiement complet du réseau 3G/4G, évoquée pourtant lors de la présentation des résultats financiers de la RATP en septembre 2014. À l’occasion d’une conférence de presse organisée hier, le secrétaire général du groupe RATP a confirmé un détail d’importance : pour assurer une couverture totale de son réseau de transports, il faudra finalement patienter jusqu’à la fin 2017, tandis que la ligne 1 du métro et la ligne A du RER seraient équipées avant la fin de cette année 2015. Il n’était pas hier question de coûts mais, dès 2013, la RATP évoquait déjà la nécessité de débloquer 20 à 30 millions d’euros. Alors même que des chantiers ambitieux lui coûteront 1,8 milliard d’euros pour l’ajout d’une dizaine de kilomètres de tunnels à son réseau tandis, que le pass Navigo à tarif unique (70 euros) doit entrer en vigueur autour du 1er octobre 2015, selon Pierre Mongin, le PDG de la RATP, on comprend mieux pourquoi ces travaux d’équipement prendront plus de temps que prévu.