L’ARCEP a publié la semaine dernière son rapport trimestriel sur le marché des services mobiles en France. Sans surprise, les Français plébiscitent les forfaits sans engagement.

multicolor_sim_card

L’ARCEP vient de publier un long rapport bourré de chiffres et de graphiques sur l’état du marché des services mobiles en France. Il est extrêmement riche en informations. Ce rapport confirme la relative bonne santé du marché. On y apprend ainsi qu’il y a 79,9 millions de cartes SIM en France, un chiffre qui comprend à la fois les départements d’outre-mer et le marché des cartes SIM dites MtoM (machine to machine). Une augmentation de 4,1 % (soit 3,1 millions de cartes SIM) en un an mais qui cache, selon l’ARCEP, une baisse trimestrielle de la croissance par rapport aux années précédentes. Un ralentissement qui s’explique assez simplement : il y a aujourd’hui bien plus de cartes SIM que d’habitants en France. L’ARCEP explique ainsi que « le taux de pénétration, calculé comme le ratio de l’ensemble des cartes SIM en service sur la population, s’élève à 121,5 %, en croissance de 4,3 points en un an. »

marche mobile carte sim france decembre 2014

cartes SIM france fin 2014

Ce qui ressort principalement de ce rapport toutefois, c’est la proportion de forfaits dits postpayés (ce qui exclut donc tous les forfaits prépayés) sans engagement. Comme le montre ce graphique de l’ARCEP, ces forfaits représentaient à la fin de l’année 51 % du total des forfaits vendus en France. À titre de comparaison, ils représentaient à peine 20 % du total des forfaits en décembre 2011. Ce type de forfait a réellement crû avec l’arrivée de Free Mobile, dès 2012. Un chiffre qui explique également l’engouement des Français pour les téléphones nus et la popularité croissante de l’open market, puisque les opérateurs sont de moins en moins choisis pour acheter un smartphone. Sans surprise, les forfaits prépayés sont encore en baisse, avec une croissance annuelle nette de -7,2 % par rapport à l’année dernière. Ils représentent toutefois encore 14,539 millions de forfaits.

part forfaits sans engagement france fin 2014

Les MVNO à la peine

Dernier chiffre intéressant de ce rapport, les MVNO, les opérateurs mobiles virtuels, voient leur part de marché chuter de façon importante à la fin de l’année dernière, pour passer sous la barre des 10 %. Une chute qui s’explique par la structuration du marché. L’ARCEP explique à ce propos : « À la suite du rachat de SFR et d’Omea Telecom par Numericable, les bases clients des deux MVNO Numericable et Omea Telecom sont rattachées au parc des opérateurs de réseau. En conséquence, la part de marché des MVNO recule de 2,1 points par rapport au précédent trimestre et passe sous les 10 % à fin décembre 2014 (9,6 % précisément) ». Par Omea Telecom, l’ARCEP entend Virgin Mobile et les petits MVNO gravitant autour de lui (Breizh Telecom, par exemple), au nombre d’abonnés presque anecdotique.

part marche mvno france fin 2014