Google a lancé le Chromecast, sa clé HDMI, au début de l’année 2014. Rapidement, une rumeur a vu le jour : Orange préparerait la riposte au Chromecast. Cette rumeur revient sur le devant de la scène puisque la commercialisation du produit serait prévue pour le mois d’avril prochain.

chromecast-630x464

 

Souvenez-vous, c’était en mai 2014 : le journal l’Opinion croyait savoir – de sources sûres – qu’Orange était en train de préparer un produit capable de concurrencer le Chromecast de Google. Il faut dire que la clé du géant de Mountain View a de quoi faire peur aux box des Fournisseurs d’Accès à Internet avec des chiffres de vente mirobolants : on parle de plus de 10 millions d’exemplaires écoulés ! Le Chromecast peut en effet court-circuiter – pour une trentaine d’euros – les box TV en streamant depuis un appareil mobile ou un ordinateur n’importe quel flux vidéo, audio ou même des photos. De son côté, Orange n’irait pas marcher sur les mêmes platebandes avec sa clé et souhaiterait davantage enfermer l’utilisateur dans son écosystème, un peu comme Amazon.

En effet, l’appareil prendrait la forme d’un dongle HDMI, comme le Chromecast, mais le fonctionnement serait totalement différent. La clé se connecterait à Internet pour recevoir OCS (le bouquet de chaînes propres à Orange) ainsi que l’offre VOD de l’opérateur. Il devrait également y avoir une cinquantaine de chaînes gratuites, la plateforme de vidéos Dailymotion et peut-être même YouTube. Orange aurait aussi prévu d’intégrer des chaînes payantes comme Canal+ ou BeIn Sports sans être certain que ces services seront proposés dès le lancement du produit.

Le site Les Echos affirme que le produit serait actuellement en phase de test en Roumanie, et devrait être lancé commercialement en France au mois d’avril. La clef devrait être proposée aux abonnés Sosh et Open. Ils pourront alors se servir de la clef depuis leur smartphone, avec une application dédiée. Il semblerait qu’Orange n’ait pas de grosses ambitions de vente avec seulement quelques dizaines de milliers d’utilisateurs la première années. La firme mise donc davantage sur la vente de services plutôt que sur la vente de matériel. Un domaine dans lequel la firme de Stéphane Richard aurait du mal à rivaliser avec Google.