Free a annoncé il y a quelques jours sa nouvelle Freebox mini 4K. Au menu : une box sous Android TV plutôt séduisante. Les premières livraisons ont débuté et certains de nos confrères ont démonté l’appareil pour voir ce qu’il renfermait et sont partis à la recherche des premiers bugs. Si la partie matérielle est séduisante, ce n’est pas forcément le cas de la partie logicielle.

Freebox clubic

 

Photo ci-dessus par Clubic

Commençons par la partie matérielle avec le démontage de nos confrères du site Clubic. La partie serveur reprend plus ou moins la base de la Freebox Revolution avec une puce ARM refroidie par un petit ventilateur. Le SoC est accompagné de 512 Mo de DDR2 à 800 MHz. La femtocell est propulsée par une puce Broadcomm BCM61650 capable de supporter la 3G (21 / 5,76 Mbps). Le Wi-Fi est pris en charge par une puce Marvell supportant la norme 802.11n sur la bande 5 GHz.

La 4K au programme

La partie player est plus intéressante avec son SoC Broadcom BCM7252 et ses deux cœurs Brahma15 (similaires à des Cortex-A15) cadencés à 1,5 GHz. Ils sont assistés par un GPU Open GL ES 3.1 supportant l’enregistrement 4K / UHD en HEVC / H.265 à 60 images par seconde sur une profondeur des couleurs de 10 bits. La puce permet d’intégrer une sortie HDMI 2.0. Le Wi-Fi est quant à lui pris en charge par une puce Broadcom gérant la norme 802.11ac à 867 Mbps. Un choix étonnant lorsque l’on sait que le serveur se limite au 802.11n.

Quelques couacs logiciels

Si la partie matérielle est plutôt solide, on ne peut pas (encore ?) en dire autant de la partie logicielle. En effet, nos confrères du site Next Inpact ont commencé à trifouiller Android TV. Malheureusement, de nombreuses fonctionnalités ne sont pas disponibles. Par exemple, l’application Netflix, pourtant compatible Android TV, ne peut pas s’installer sur la Freebox mini 4K. De même, il a été impossible de caster Netflix vers la Freebox à cause d’une incompatibilité qu’on espère temporaire. Le constat a été similaire avec l’application DS Video de Synology. Pourtant, le Cast a été possible depuis l’application CanalPlay, que ce soit sous Android ou iOS. La Freebox mini 4K a donc quelques défauts de jeunesse qui devraient rapidement être corrigés.