La bande de fréquences en 700 MHz (pour la 4G LTE) est celle des fréquences dites « en or ». Pourquoi ? Ces Ultra Hautes Fréquences (UHF), autrefois utilisées par la télévision, permettent une large diffusion du signal et une très bonne pénétration dans les immeubles. Les quatre opérateurs ne peuvent donc s’en passer, mais ne sont pas tous en position d’investir.

700-MHz

Iliad (Free Mobile) était en bonne position, en tant que dernier entrant sur le marché des telecom (mobile), pour rafler la mise sur la bande de fréquences 694-790 MHz. Avec 420 000 clients supplémentaires au dernier trimestre, le trublion s’en sort très bien mais a besoin de fréquences pour se développer. Il faut dire que Bouygues Telecom possède trois fois plus de fréquences que Free Mobile.

 

La situation n’est pas évidente

La situation n’est pas évidente. L’État a besoin de 2 à 3 milliards d’euros pour son budget. Les opérateurs ont été fragilisés ou redynamisés, selon les points de vue, et en tout cas, ils estiment tous être en difficulté financière. Orange et Bouygues Telecom ont annoncé, de leur côté, ne pas être particulièrement intéressés par la bande de fréquences 700 MHz.

Malgré tout cela, la mise aux enchères des lots de fréquences 700 MHz devrait donner lieu à quelques frictions. En effet, selon Les Echos, aucun cadeau ne sera fait à Iliad (Free Mobile), avec aucun lot garanti. Ce qui est une bonne nouvelle pour l’État qui espère une surenchère des lots de fréquences. L’ARCEP a réagi ce matin en précisant qu’aucune décision n’avait été prise aujourd’hui et que les discussions avec le gouvernement continuaient.

La mise aux enchères est prévue en 2015 par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, l’Arcep, qui sera chargée de lancer la procédure pour l’attribution des fréquences, et le transfert effectif est prévu entre 2017 et 2019. Une nouveau feuilleton à suivre.