La commission européenne vient de faire savoir qu’elle venait de conclure un partenariat avec le Japon pour les futurs réseaux mobiles 5G. Le partenariat porte sur la recherche, l’innovation, mais également sur un socle commun de spécifications afin de bénéficier de réseaux compatibles.

Japan's Prime Minister Shinzo Abe Holds Talks With German Chancellor Angela Merkel

En juin 2014, la Commission Européenne et la Corée du Sud avaient conclu un accord de principe concernant les futurs réseaux mobiles 5G. L’objectif était alors de concevoir des réseaux 5G uniformes et compatibles entre eux ainsi que de mettre en commun certaines ressources pour le développement de ce futur réseau à très haut débit. La Commission européenne vient de faire savoir qu’elle avait, cette fois-ci, conclu un partenariat avec le Japon. L’objectif est encore une fois le même, mais va un peu plus loin puisque les deux partenaires ont annoncé qu’ils investissement 12 millions de dollars sur les deux prochaines années pour les projets relatifs à la 5G comme l’Internet des objets (IoT), le cloud et la big data. Pour rappel, l’Europe s’est déjà engagée à participer à hauteur de 700 millions d’euros d’ici 2020 pour le partenariat public-privé avec les industriels des télécoms.

A lire sur le sujet : Ce que nous prépare le futur réseau 5G

Ce partenariat devrait conduire à des normes communes pour les réseaux. Il est ainsi question d’un spectre de fréquences communes entre l’Europe et le Japon. Les deux entités souhaitent également coopérer sur des sujets un peu plus sensibles comme la santé connectée et même les voitures connectées. Des sujets délicats sur lesquels chaque industriel veut avoir sa propre réponse. Concernant le financement de tous ces projets, la Commission Européenne indique qu’un fond commun sera créé. Enfin, la Commission conclu en indiquant qu’en 2016, elle proposera une législation qui devrait profondément changer le paysage des télécoms européens avec notamment davantage de coordination pour la gestion du spectre avec des critères qui seraient alors décidés au niveau européen.