Tant bien que mal, les opérateurs Free Mobile et SFR, loin derrière Orange et Bouygues Telecom, tentent de rattraper leur retard sur les deux leader. Et, comme le montrent les derniers chiffres de l’ANFR, les deux derniers opérateurs bataillent pour s’octroyer la troisième marche du podium.

ANFR

Comme tous les mois, l’ANFR, l’agence nationale des fréquences, livre ses observations dans le cadre du déploiement de la 4G sur le territoire hexagonal. Et plus encore que le mois dernier, SFR-Numericable et Free Mobile sont au coude à coude.

Ces quatre dernières semaines, la 4G, comme depuis le début de l’année, s’installe tranquillement, sans croissance fulgurante. Le nombre de sites autorisés pour l’installation d’antennes n’a augmenté que de 1,2 %, dont majoritairement des autorisations délivrées pour la bande des 800 MHz. Une bande utilisée notamment par les trois opérateurs historiques, mais dont est totalement absent Free Mobile. Toutefois, l’opérateur comme ses concurrents dispose de nombreuses autorisations d’installations d’antennes et ne semble pas souffrir de cet état de fait. Il a en effet gagné 251 supports 4G et le même nombre d’antennes, soit 3678 au total.

C’est la principale différence qui l’oppose à SFR, qu’il devance en termes de supports. Le deuxième opérateur français dispose en effet de moins de supports que son concurrent, mais en utilise une partie pour accueillir plusieurs antennes. Résultat des courses, il affiche 3475 supports 4G actifs, soit 305 supports supplémentaires, qui lui permettent de réduire l’écart qui le sépare de Free. Et en matière d’antennes, l’ANFR recense 4170 éléments actifs chez le Carré Rouge, c’est-à-dire 312 antennes de plus qu’un mois plus tôt, essentiellement sur la bande des 800 MHz, laquelle assure une bonne pénétration dans les bâtiments. Si l’on peut considérer l’un ou l’autre comme 3e ou 4e opérateur en termes de supports ou d’antennes, il faut tout de même rappeler que la couverture de la population et du territoire prime. Les données restent toutefois maigres, puisque les toutes dernières informations publiées par le gendarme des télécoms, l’ARCEP, s’appuient sur les chiffres de décembre 2014 : en fin d’année dernière, on remarque que SFR couvrait 53 % de la population et 14 % du territoire en 4G et que Free Mobile assurait une couverture de 33 % de la population et de 3 % du territoire.

Orange et Bouygues Telecom en tête, mais au ralenti

Le mois de mai a vu, pour le reste, Orange comme Bouygues Telecom grappiller quelques supports et antennes. Chez le leader en la matière, Orange, on passe ainsi à 7480 supports 4G actifs pour 9811 antennes, soit 185 antennes et 96 antennes supplémentaires. Bouygues, quant à lui, affiche 6637 sites et 8805 antennes actifs, soit 47 supports et 131 antennes gagnés. En somme, une croissance assez lente, mais qui confirme l’avance acquise par les deux opérateurs sur le terrain de la 4G.