Orange rêve de grandeur et d’expansion à l’étranger et annonce son intention de racheter des filiales telecom dans quatre pays d’Afrique.

orange_afrique

Dans un communiqué de presse publié ce lundi, Orange a annoncé entrer en négociations exclusives avec l’opérateur indien Bharti Airtel International avec la ferme intention de lui racheter quatre de ses ramifications  africaines. Une manœuvre ayant pour but d’étendre sa couverture du continent où l’opérateur historique français est déjà bien implanté, et donc sa croissance globale.

Les quatre zones concernées par ces discussions sont le Burkina Faso, la Sierra Leone, le Tchad et le Congo-Brazzaville. Aucun montant n’a été évoqué pour le moment, mais Orange précise que ces branches représentent 9 millions d’abonnés pour un chiffre d’affaires cumulé de 600 millions d’euros. Stephane Richard, prudent, a néanmoins rappelé que « ces discussions n’aboutiront pas nécessairement à un accord ferme ».

Dans le cas où les négociations aboutiraient favorablement pour Orange, ces quatre pays s’ajouteront à la vingtaine déjà couverte par l’opérateur français. De son côté, Airtel conservera ses filiales au Congo-Kinshasa, au Gabon, au Ghana, au Kenya, à Madagascar, à Malawi, au Niger, au Nigeria, au Rwanda, en Tanzanie, en Ouganda, aux Seychelles et en Zambie.

L’Afrique est un marché en plein essor pour le secteur des télécoms. À titre d’exemple, le cabinet d’audit Deloitte prévoit que le nombre de smartphones sur le continent devrait doubler d’ici 2017. Une tendance qui tend à se confirmer par l’intérêt des grands acteurs pour les appareils low-cost, à commencer par Google et son projet Android One, pour le moment essentiellement concentré en Asie.