Bouygues vient de dévoiler ses chiffres cumulés du premier semestre. Les pertes sont minimes grâce notamment à la branche télécoms du groupe qui recrute toujours plus de nouveaux clients.

ancien logo bouygues telecom

Bouygues a révélé ce jeudi par la biais d’un communiqué de presse ses résultats du premier semestre 2015. Avec un chiffre d’affaires en recul de 1 % par rapport à l’année dernière (15 098 millions contre 15 182 en 2014), le groupe stagne et évite les pertes grâce à sa branche télécoms et TF1. En filigrane, cela signifie aussi que la partie BTP du groupe souffre de l’environnement économique actuel.

Bouygues Telecom et TF1 sauvent les meubles

Sur les six premiers mois de l’année, Bouygues Telecom profite de la fuite des clients de Numericable-SFR et enregistre une croissance de 312 000 nouveaux clients sur la période, dont 160 000 sur le deuxième trimestre (hors MtoM). Cela représente désormais pour l’opérateur un parc installé total de 11,4 millions de clients, un chiffre qui peut paraître faible en comparaison des 27,28 millions de clients déclarés par Orange lors de son bilan trimestriel d’avril 2015, mais avec une progression plus importante. De même en ce qui concerne l’adoption de la 4G, Bouygues recense aujourd’hui 4,1 millions de clients utilisant la 4G, soit 42 % de son parc Mobile (hors MtoM), contre seulement 19 % à fin juin 2014.

Sur le fixe, Bouygues Telecom croît également avec 174 000 nouveaux clients sur le semestre, dont 78 000 sur le deuxième trimestre. Au total, ce sont 2,6 millions d’abonnés qui font confiance au FAI de Martin Bouygues pour se connecter au haut débit fixe. Le groupe mise sur le développement de son réseau fibre FTTH propre afin de développer davantage encore ce parc d’abonnés. À fin juin 2015, 23 000 clients profitaient de ce réseau sur un total de 398 000 clients fibre.

Malgré tout, le chiffre d’affaires de Bouygues Telecom reste stable avec une variation de -1 % par rapport au premier semestre 2014. Les revenus avant intérêts sont quant à eux en hausse de 1,5 point sur la période avec 17,1 %. La dette du groupe n’évolue donc que de 35 millions d’euros (sur un total de 5,2 milliards d’euros) et reste donc stable par rapport à fin juin 2014.

Bouygues pense maintenir son cap tout au long de l’année et « largement dépasser » ses prévisions d’économies d’ici à 2016 qui étaient jusque là fixées à 300 millions.